F1 Grand Prix of Canada

Crédit : AFP

F1

La vie en rose

Louis Butcher

Publié | Mis à jour

Elle a été en 2016 et 2017 la quatrième meilleure équipe du plateau en F1. Mais c’est avant que les déboires financiers ne viennent ralentir ses ardeurs et que le milliardaire canadien Lawrence Stroll, associé à des partenaires d’affaires, ne la sauve de la faillite.

L’écurie Racing Point a dévoilé lundi en Autriche la nouvelle livrée de sa monoplace 2020, la RP20, en la présence de ses deux pilotes, le Québécois Lance Stroll et le Mexicain Sergio Pérez.

• À lire aussi: «On ne veut pas se cacher» -Samuel Piette

• À lire aussi: Accident terrifiant en NASCAR

Le lancement s’est déroulé à Mondsee, en Autriche, au siège social de l’entreprise BWT (Best Water Technology), ce fabricant de systèmes de traitement de l’eau qui devient le commanditaire principal de l’équipe.

Ce partenariat de longue date, amorcé avec l’écurie autrefois appelée Force India, est souligné par la prédominance du rose sur la voiture. D’autant plus que Racing Point a mis fin à son association avec un autre parraineur, la plateforme de paris sportifs SportPesa, après seulement un an de collaboration.

Des attentes à la hausse

Tout en reconnaissant que la concurrence est très forte en F1, le directeur de l’écurie, Otmar Szafnauer, ne manque pas d’ambition pour la nouvelle saison, qui s’amorcera le 15 mars à Melbourne, en Australie.

«Notre objectif, a-t-il déclaré, c’est de retrouver notre place derrière Mercedes, Ferrari et Red Bull, à savoir d’être la meilleure des autres. Je sais toutefois que d’autres équipes, dont McLaren, Renault, Alpha Tauri [ex-Toro Rosso] et Sauber, ont les mêmes ambitions que nous.»

Grâce à des investissements importants, l’entreprise établie à proximité du circuit de Silverstone, en Angleterre, a amélioré ses infrastructures en attendant la construction d’un nouveau complexe l’an prochain.

«Nous avons recruté de nouveaux ingénieurs, notamment à notre département de l’aérodynamique, a expliqué Szafnauer. Au total, nous comptons 465 employés plutôt que 405. Ça devrait faire une grosse différence.»

Une année à racheter

Fils du propriétaire, Lance Stroll n’a pas à se soucier de son avenir. Tant que papa sera à la tête de l’écurie, son volant est assuré.

Néanmoins, le pilote montréalais veut racheter une saison 2019 très difficile où il n’a accumulé que 21 points pour terminer au 15e rang, alors que son coéquipier, lui, a figuré à la 10e place avec une récolte de 52 points.

«C’est génial de revenir pour une deuxième année avec cette équipe, a dit Stroll. Je vais travailler dans un environnement qui m’est maintenant familier et c’est de bon augure. Mes attentes sont aussi à la hausse, comme celles de l’écurie. On a une bonne structure en place et l’important c’est d’amorcer la nouvelle saison du bon pied.»

En attendant 2021

La F1 va vivre une année de transition avant la grande refonte prévue en 2021 avec une nouvelle voiture et des règlements sportifs remaniés.

Ce sera aussi l’année des grands changements pour Racing Point, qui deviendra l’écurie Aston Martin à la suite du rachat de ce constructeur britannique par son père Lawrence.

«C’est une excellence nouvelle, a dit Lance, et un projet excitant. Mais, nous ne sommes pas rendus là. La voiture sera encore... rose cette année et nous devons nous concentrer sur 2020. J’avoue toutefois que le nom Aston Martin est prestigieux et que l’on voudra faire honneur à sa réputation.»

Après une pause de quelques mois, la F1 entamera ses préparatifs en vue de la prochaine saison. La première de six journées d’essais hivernaux aura lieu demain [mardi] au circuit de Barcelone, en Espagne.