MATCH-DE-IMPACT-CONTRE-NEW-YORK-REDBULL

Crédit : Dominick Gravel/Agence QMI

Fréderic Lord

C'est 20 pensées - Février 2020 (tome 1)

C'est 20 pensées - Février 2020 (tome 1)

Fréderic Lord

Publié 17 février
Mis à jour 17 février

Le mois de février est plus court que les autres certes, mais cette chronique ne fait pas pour autant l’économie d’information. 

Vous trouverez ici des infos glanées au camp de l’Impact à St-Petersburg ainsi que des notes tirées de mes conversations avec différents acteurs de la MLS. Notez qu’aucune des sources utilisées dans ce texte n’y est citée. 

Voici aussi un lien vers la chronique de janvier dernier ici et ici.

Pour l’origine du titre incongru, je vous réfère ici.

1 - On a beaucoup écrit sur le départ de Nacho Piatti. Avant que la poussière ne retombe complètement, des éléments tirés de quelques conversations que j’ai eues avec ses anciens coéquipiers. 

D’abord, qu’il soit dit : même s’il était resté à Montréal, Nacho n’aurait pas joué le match-aller contre Saprissa mercredi. «Mentalement, il n’était plus là.» 

Il semble aussi assez clair que la coupure complète se soit opérée pendant la pause d’hiver, à son retour en Argentine. Le désir d’être présent pour ses enfants, non seulement les plus petits, mais aussi le plus vieux, Gabi, s’est imposé haut et fort à Nacho. 

«Il a vraiment laissé beaucoup d’argent sur la table pour retourner auprès des siens», a insisté un de ses ex-coéquipiers comme pour surligner le souhait profond du Magicien argentin. 

Pourquoi l’Impact a-t-il activé son option en fin de saison dernière? De ce qu’on peut comprendre de cette situation en plusieurs tons de gris : A) Olivier Renard n’était en poste que depuis quelques semaines, il ne voulait pas précipiter une décision qui aurait un impact majeur sur son effectif. B) L’Impact se serait très bien accommodé d’une autre année de Nacho, à un salaire moindre que la saison précédente. Nacho lui-même s’est questionné à savoir s’il ne rempilerait pour une autre saison question de bénéficier une dernière fois en tant que joueur d’un salaire élevé, d’où sa communication quelque peu ambiguë de la saison 2019. C) Tout simplement, l’Impact ne voulait pas risquer de voir Nacho faire un dernier tour de piste MLS dans un autre uniforme que celui du Bleu-Blanc-Noir. 

2 - Au cours des jours qui ont suivi le départ de Piatti, plusieurs textes ont avec raison souligné la qualité du joueur et de l’homme. On a supputé à propos de sa place dans l’histoire de l’Impact. Est-il le meilleur joueur à ne jamais porter l’uniforme montréalais? Est-ce le meilleur coup de recrutement du club? 

En offrant une réponse positive à ces questionnements, je ne crois pas qu’on ferait fausse route. 

Au téléphone avec moi, un interlocuteur de la MLS avait un autre point de vue: «L’Impact a eu pendant toutes ces années un des 15 meilleurs joueurs de l’histoire de la ligue. Leur grosse faute, c’est que ses dirigeants n’ont jamais été capables de l’entourer convenablement.» 

Trop dur comme constat? Ça mérite une bonne discussion.  

3 - La différence de cette pré-saison par rapport à la précédente? Moins de doubles sessions en 2020, mais les entraînements sont un peu plus longs. Moins de course aussi. Plus de travail avec le ballon. D’après les joueurs : pas meilleur, ni moins bien, juste différent. 

4 - La plus grande différence par rapport à la saison précédente : la façon de jouer. Le style. La philosophie. Pour les membres de l’effectif, le système (et les valeurs) prôné par Thierry Henry est «excitant», mais aussi plus «compliqué». À la lumière des matchs contre Philadelphie et Nashville, plusieurs soulignaient «qu’il fallait arrêter de se cacher». En somme, si une équipe veut «jouer au ballon», ses joueurs ne peuvent pas se cacher durant un match. Il faut faire les appels, montrer de l’intensité au duel et offrir un effort à la récupération. Certains joueurs n’ont pas rempli tous ces critères jusqu’ici. L’ensemble du club, joueur et personnel technique, en est conscient. 

5 - Le lendemain du match à huis clos contre Nashville, l’Impact a commencé à s’entraîne r avec les ballons utilisés en Ligue des champions. Si la MLS utilise ceux d’Adidas, la CONCACAF fait affaire avec Nike. Les joueurs préfèrent – et de loin – celui utilisé contre Saprissa (NB: Sondage non scientifique). 

6 - La semaine dernière, les joueurs montréalais ont eu droit à quelques réunions supplémentaires. D’abord, l’association des joueurs est venue présenter les tenants et aboutissants de la nouvelle convention collective. Au nombre des présentateurs, Bob Foose le directeur exécutif de l’association ainsi que deux anciens joueurs : l’ex international américain Clarence Goodson et Ty Harden. Malgré l’entente entre la ligue et l’association des joueurs conclue, il faudra encore la ratifier, notamment par un vote des joueurs qui devrait survenir en juillet prochain. 

7 - Les arbitres de la MLS sont aussi venus faire une présentation aux joueurs ainsi qu’au personnel technique de l’Impact. Mark Geiger et Chris Penso sont ceux qui ont présenté aux joueurs les différentes modifications aux règlements ainsi que les aspects auxquels les arbitres porteront une attention supplémentaire cette année 

8 - Un nom à retenir pour les partisans de l’Impact : Tomas Giraldo. Le jeune joueur de 16 ans est un des académiciens invités à participer au camp de la première équipe. Jusqu’ici, il aura eu des minutes dans chacune des rencontres préparatoires du XI montréalais et il n’a pas démérité, loin de là. Giraldo est originaire de la Colombie où des membres de sa famille ont tâté du foot professionnel. Il est arrivé au Québec à l’âge de huit ans et fait le régal des entraîneurs de l’Académie depuis quelques années déjà. Se qualifiant lui-même de #8, il a jusqu’ici été utilisé comme la doublure de Samuel Piette. Il est bien tôt pour le dire, mais pourrait-il d’ici quelques années prendre sa suite? Quelque chose me dit que c’est un des souhaits du club. 

Je suis intrigué par le fait que les Académiciens n’aient pas fait le voyage au Costa Rica. Je m’attendais à une ou deux signatures. Ce n’est que parti remise? 

9 - Du match à huis clos contre Nashville mercredi dernier : Daniel Lovitz était particulièrement motivé face à l’Impact. Intense, il s’est fendu d’un tacle musclé sur Bojan. Ce dernier s’est vengé quelques minutes plus tard avec un bon coup d’épaule. L’arbitre pour cette rencontre : Ted Unkel... #HuisClos 

10 - Enfin, c’est le retour du balado XI Mtl. Pour marquer le coup, nous enregistrerons la première émission au Burgundy Lyon le mercredi 19 février, quelques heures avant le coup d’envoi en Ligue des champions. Venez nous y rejoindre. Je serai accompagné naturellement de Hassoun Camara et de nos nouvelles recrues Vincent Destouches et Frédérique Guay en plus d’une participation des membres des 1642 Montréal.