Canadiens de Montréal

«Il aurait fallu qu’on batte deux équipes»

Publié | Mis à jour

Claude Julien n’entendait pas à rire après la défaite des Canadiens, samedi soir, contre les Stars. Selon lui, il n’y a nul doute que les arbitres sont responsables de la défaite des siens.  

Au-delà du fait de s’être incliné, c’est plutôt la manière dont la partie s’est déroulée qui a rendu l’entraîneur-chef du Tricolore furieux, car «il aurait fallu qu’on batte deux équipes ce soir.»  

En prolongation, deux punitions contre les Stars n’ont pas été appelées par les officiels et c’est peut-être ce qui a coûté le match aux Canadiens. Au cours de la rencontre, la troupe de Claude Julien n’a pu profiter d’aucun avantage numérique. «C’est très gênant» a affirmé le pilote du Tricolore en conférence de presse.  

Selon lui, il est clair que son équipe a été désavantagée par les officiels : «C’est évident qu’on aurait dû avoir des avantages numériques.» 

Il soulève diverses infractions comme le bâton d’Ilya Kovalchuk qui a été fracassé, ce qui était «un automatique», Chiarot «qui s’est fait enfarger», Armia qui a été accroché sans qu’une pénalité ait été signalée et Domi qui s’est fait donner un coup de bâton au visage provoquant des saignements importants.  

«Il y a des gens qui auront des comptes à rendre après ce match» a insisté Julien, en parlant des officiels. 

Les Canadiens ont tenté non sans peine de recueillir des informations auprès des officiels pour justifier toutes ces irrégularités, mais il n’y avait rien faire : «Pas question de parler aux arbitres, ils criaient après nos joueurs. Ils [les joueurs des Canadiens] n’étaient même pas capables d’aller parler avec eux, parce qu’ils criaient après les joueurs, ils les envoyaient se faire promener.» 

Voyez le point de presse de Claude Julien dans la vidéo ci-dessus.