Canadiens de Montréal

Sans filtre: les épreuves d'une femme de hockeyeur

Publié | Mis à jour

C’était le jour de la Saint-Valentin, vendredi, et pour les Danault, cette journée est devenue une superstition. Et pour l’épouse de Phillip, Marie-Pier, vaut mieux qu’il soit à l’étranger.  

«La dernière Saint-Valentin qu’on était ensemble, c’était à Chicago. Il a été échangé (aux Canadiens de Montréal) deux semaines plus tard», a-t-elle confié dans un entretien présenté à «JiC», vendredi, à TVA Sports, alors que le CH était en visite à Pittsburgh.  

Voyez l'entrevue avec Marie-Pierre Danault à «JiC» dans la vidéo, ci-dessus.    

«J’aime mieux qu’il ne soit pas là!», a-t-elle ajouté à la blague.  

Du soutien  

La saison des Canadiens est parsemée de hauts et de bas. Si les moments sont parfois difficiles pour les joueurs, leurs épouses doivent aussi composer avec leurs épreuves.  

Parmi elles, la conjointe de Phillip Danault, Marie-Pierre Danault, qui a à cœur la préparation et la réussite de son mari. Et lorsque ça ne va pas, elle encaisse une partie du coup.  

«Deux séquences de huit défaites, c’est "rough". Dans l’auto, sur le chemin du retour, c’était toujours la même chose. À un moment donné, tu ne sais plus quoi dire.  

«Il faut quand même que tu trouves des choses à lui dire. Il faut que tu lui remontes le moral, parce que dans deux jours, il remet ses patins et il joue.»  

Impliquée jusqu’au bout  

Il arrive que l’épouse vit elle-même des situations angoissantes lorsqu’elle est impuissante dans une scène inquiétante.   

Lundi dernier, Danault a été atteint d’un tir au visage. Sa tendre moitié a craint le pire.«Je me suis dit "c’est sûr qu’il a une fracture". Je l’ai vu lancer son casque. Je croyais que ça saison était finie!»  

L’implication de Mme Danault n’est pas seulement morale. Lorsque le Tricolore s’entraîne à Brossard, elle attend son homme avec un dîner chaud.   

Au menu, habituellement, poitrine de poulet, purée de pommes de terre et légumes en accompagnement. Que demander de mieux!