Impact de Montréal

Crédit : Pierre-Paul Poulin / JdeM

Impact de Montréal

Encore beaucoup de questions chez l'Impact

Publié | Mis à jour

On est à moins d’une semaine de la première rencontre que l’Impact disputera en Ligue des champions et il faut admettre qu’il reste encore bien des questions.

Commençons par les prestations de l’équipe lors des matchs préparatoires.

Après une victoire prometteuse de 3 à 1 contre D.C. United, le Bleu-blanc-noir a été blanchi par l’Union de Philadelphie, l’Orlando City SC et Nashville, une équipe d’expansion.

Si l’amélioration était notable entre la rencontre face à Philadelphie et la suivante à Orlando, c’est le résultat contre Nashville qui soulève des inquiétudes, surtout que l’équipe n’aura qu’un autre match pour se préparer, contre Tampa Bay, samedi, et ce sont surtout les réservistes qui joueront.

Peu d’attaque

En effet, l’Impact a été incapable d’inscrire un but contre une formation qui n’avait pas de joueurs il y a à peine deux mois.

Qui plus est, selon ce qui a filtré du match disputé à huis clos, Thierry Henry alignait ce qui devrait être son XI partant lors de la rencontre face à Saprissa, mercredi prochain.

Il n’y a pas encore lieu de crier panique, mais on peut au moins se questionner sur la capacité de cette équipe à marquer des buts.

Et c’est le même problème qui ne fait que se prolonger, puisque se posait la même question l’an passé, alors que Nacho Piatti était blessé.

Dynamisme

Mais voilà, Piatti est parti, on ne peut donc plus compter sur lui pour animer l’attaque.

Il y a un certain dynamisme entre Romell Quito, Orji Owkonkwo et Bojan Krkic, mais la chimie n’est pas encore parfaitement développée entre les trois hommes.

Les deux premiers vont devoir trouver une façon d’engager un peu plus le troisième dans le jeu lorsque le ballon se retrouve dans le dernier tiers.

De plus, les arrières latéraux vont devoir servir de bons ballons dans la surface pour permettre au trident de briser les lignes adverses, ce que Quito, Okwonkwo et Bojan peuvent faire, mais pas encore suffisamment.

Blessés

Au rayon des inquiétudes, on se demande ce qu’il adviendra de Saphir Taïder et Clément Bayiha, tous deux blessés lors de la rencontre face à Nashville.

Les deux joueurs étaient absents lors de l’entraînement jeudi, tout comme Maxi Urruti, qui a raté la séance par mesure préventive.

Taïder sert de liant entre le jeu défensif et offensif, et son absence pourrait faire mal s’il n’est pas en mesure de se rétablir à temps pour la rencontre au Costa Rica.

C’est également préoccupant dans le cas de Bayiha, même si celui-ci en est encore à apprendre à jouer comme latéral droit. C’est que, selon ce qu’a laissé entendre Thierry Henry, Zachary Brault-Guillard n’était pas encore entièrement prêt physiquement, et le lancer dans la mêlée à ce moment-ci pourrait être risqué sur le plan physique.

Pause

Si l’Impact en sera à un premier match compétitif cette saison lorsqu’il affrontera Saprissa, il en ira tout autrement pour le club costaricain.

La formation de San José est au cœur d’une séquence de dix matchs en un mois à peine.

C’est le genre de série de matchs qui serait éreintante pour n’importe quelle équipe, mais Saprissa s’en tire assez bien avec un dossier de 3-2-2 jusqu’à maintenant.

Saprissa joue aussi de chance puisque le match qui devait l’opposer au Municipal Grecia en Liga FPD ce week-end a été reporté à une date ultérieure, puisque Grecia est sous le coup d’une suspension de la ligue pour non-conformité.

C’est donc dire que l’équipe sera relativement reposée pour accueillir le Bleu-blanc-noir, mercredi.