LNH

Sénateurs: une garde partagée avec Québec?

Publié | Mis à jour

Les Sénateurs perdent en popularité avec les années. Cette saison, ils attirent même la pire moyenne de spectateurs dans toute la LNH.   

Pour un marché canadien, la situation est pour le moins inusitée. Et pour cette raison, la suite logique serait la vente du club d’Ottawa. Or, le propriétaire Eugene Melnyk ferme la porte à cette option, malgré les difficultés financières qui plombent les «Sens», selon le journaliste de TVA Sports Renaud Lavoie.   

Dans ce cas, l’équipe envisage-t-elle un partenariat avec une autre ville, comme Québec? Un segment de l’émission JiC a été consacré à ce sujet, lundi. À voir dans la vidéo ci-dessus.   

«Le scénario idéal serait d’avoir une équipe à temps plein à Québec. Des matchs hors-concours, c’est bien, mais on aimerait passer à autre chose. Pourquoi pas un partenariat avec Ottawa? Personne ne dirait non à un retour d’une équipe à Québec», a lancé l’analyste Philippe Boucher dans sa chronique.   

«Québec serait l’endroit idéal pour les Sénateurs»  

Est-ce que la population accepterait une telle éventualité, comme le considèrent les Rays de Tampa Bay avec Montréal dans le baseball majeur?   

«Personnellement, j’irais aux matchs, a répondu Boucher. C’est une nouvelle tendance que l’on voit dans d’autres sports. Québec devrait être considéré. On ne veut pas être un plan B, c’est un bon marché de hockey, comme on le voit avec les Remparts, qui ont toujours connu du succès.   

«Maintenant, on veut un club professionnel. Québec serait l’endroit idéal pour accueillir les Sénateurs.» 

Il y a cependant un bémol : les matchs à l’étranger. «Ça pourrait être problématique, mais les deux villes ne sont pas situées très loin non plus. Les gens d’Ottawa pourraient venir voir leur club jouer à Québec.»