LHJMQ

Hendrix Lapierre «va super bien», mais ne prend pas de risque

Publié | Mis à jour

L’attaquant des Saguenéens de Chicoutimi Hendrix Lapierre a vu sa saison 2019-2020 minée par une troisième commotion cérébrale en 10 mois, mais il est manifestement en train de reprendre le dessus et il sera bientôt prêt à en découdre de nouveau.

L’athlète de 18 ans était de passage dans les studios des «Partants», lundi, à quelques heures d’être présenté au public du Centre Bell en compagnie des quatre autres meilleurs espoirs de la LHJMQ en vue du prochain repêchage de la LNH.

«Ça va être une journée assez plaisante, en côtoyant les autres joueurs qu'on n'a pas la chance de voir souvent pendant la saison», a commenté l’attaquant, qui est d’ailleurs un jeune homme très articulé.

Lapierre n’a pas joué depuis le 21 novembre. Depuis, il récupère de cette troisième commotion cérébrale et il apparait en grande forme à l’heure actuelle.

«En ce moment, ça va super bien, je n'ai pas eu de séquelles depuis très longtemps, je m'entraîne avec l'équipe, je m'entraîne hors glace beaucoup, a-t-il indiqué. Je vais à l'école, je fais tout normalement. C'est juste que vu que j'ai eu deux commotions rapidement, on ne veut pas prendre de risque.»

Son retour semble imminent et il a hâte de bien conclure son «année de repêchage».

«Ma priorité est de revenir au jeu pour être en bonne position pour le repêchage», a-t-il admis.

Le numéro 90 des Saguenéens semble bien gérer ses émotions dans ce contexte.

«C'est un malheur, mais il faut que je vois ça comme une opportunité d'aller dans le gymnase un peu plus. (...) J'essaie de voir le côté positif, parce que si je vois juste le négatif, ça va sûrement me frapper», a-t-il expliqué.

Certaines équipes qui s’intéressent à son profil lui ont d’ailleurs posé des questions au sujet de ses commotions.

«Les équipes m’en parlent, des commotions, je pense que c'est normal, a-t-il souligné. Certaines sont plus hésitantes par rapport à ça. Comme je leur dit tout le temps, je me sens super bien, et je pense que je vais revenir plus fort.»

En attendant, il continue à rêver au repêchage. Qui plus est, celui de cette année aura lieu à Montréal.

«On y pense depuis qu'on est petits, au repêchage, a-t-il rappelé. Quand tu commences à jouer au hockey dans ta jeunesse, ton rêve ultime est de te faire repêcher et de gagner la Coupe Stanley.»

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.