Canadiens de Montréal

Les partisans croient encore aux séries

Marc-Antoine Malo

Publié | Mis à jour

Pendant le concours d’habiletés du Canadien de Montréal, dimanche, l’occasion était belle de prendre le pouls des partisans quant aux chances de retrouver leurs favoris en séries éliminatoires.  

Les violons de beaucoup d’amateurs s’accordent : le Tricolore fera les séries, mais ce ne sera pas une partie de plaisir. Les 25 derniers matchs seront déterminants. Pour plusieurs, les retours au jeu de Jonathan Drouin et de Brendan Gallagher ainsi que l’arrivée d’Ilya Kovalchuk aident à rester optimistes.    

«Je pense qu’ils vont y arriver. Il faut qu’ils travaillent fort et comme on dit, “un match à la fois”», a déclaré Alex Lavoie, un partisan de 13 ans qui parle déjà comme un analyste de hockey.  

«Moi, j’ai trouvé qu’ils passaient mieux la rondelle, qu’ils étaient plus rapides et qu’ils faisaient plus de jeux depuis quelque temps, a rétorqué son ami Luca Champagne. Il y a des blessés comme Shea Weber, mais ils vont y arriver quand même.»  

La menace torontoise  

Samedi, le Bleu-Blanc-Rouge a eu le meilleur sur les Maple Leafs dans un duel de tous les instants. La prolongation a été nécessaire, mais les hommes de Claude Julien ont battu 2 à 1 un adversaire direct pour la course aux séries, ce qui en a réjoui plusieurs.  

«Les dernières semaines ont été très encourageantes, a admis Jay Gagnon, un Anglo-Ontarien d’origine montréalaise qui partage sa passion pour le CH avec sa femme et ses deux fils, de grands amateurs de Carey Price. On a été les voir à Buffalo plus tôt cette saison et ils ont bien joué face à Toronto. Le retour de Brendan Gallagher aide beaucoup, il marque de gros buts.»  

«On est seulement venus pour la fin de semaine, puisqu’on vient de Toronto; Hamilton en fait. [...] Par contre, les Maple Leafs sont bannis de notre maison», a ajouté le père de famille.  

Depuis leur défaite de samedi, ces mêmes Leafs n’ont plus que cinq points d’avance sur le Canadien, en troisième place de la section Atlantique.  

«Je crois qu’on a encore une chance, puisqu’on n’est pas très loin de Toronto. On pourrait terminer septième ou huitième, a soutenu Mathis Blanchet, 15 ans. Quand Kovalchuk est arrivé, ç’a donné de l’énergie au Canadien et ça leur a fait du bien. Là, il joue avec [Nick] Suzuki et c’est bon pour lui.»  

Sylvain Demers abonde dans le même sens que l’adolescent et vise haut en cette fin de saison. «Kovalchuk, c’est une super acquisition et Suzuki est sur une lancée incroyable. Je crois que ça pourrait faire comme les Blues la saison passée. On n’est peut-être pas équipés pour aller jusqu’à gagner une coupe Stanley, mais on pourrait faire un petit bout», a admis M. Demers, qui était effectuait une sortie au Centre Bell en famille.  

Des idées pour Marc Bergevin  

Avec la date fatidique du 24 février qui approche, plusieurs partisans croient que le directeur général Marc Bergevin doit bouger afin de donner une meilleure chance à sa formation.  

«On est bon en attaque, mais ça prendrait un joueur pour aller marquer des buts et d’autres bons défenseurs, croit Anne-Sophie Tremblay, qui a initié sa meilleure amie Elizabeth Beaudoin au hockey il y a un peu plus d’un an.  

Mathis Blanchet, lui, croit que Max Domi pourrait servir de monnaie d’échange dans une transaction. «Ça prendrait quelques échanges. Personnellement, il y a quelques joueurs que j’enverrais ailleurs. Je crois qu’on pourrait avoir mieux que Domi, il manque de constance.»