Crédit : Dominic Chan / Agence QMI

LNH

Les Sénateurs ont Lafrenière à l’œil

Publié | Mis à jour

Le directeur général des Sénateurs d’Ottawa, Pierre Dorion, ne s’en cache pas : le jeune prodige du hockey junior québécois Alexis Lafrenière se trouve bel et bien sur son radar. 

L’organisation ontarienne a des chances logiques de sélectionner le porte-couleurs de l’Océanic de Rimouski au prochain repêchage de la Ligue nationale de hockey prévu à la fin juin au Centre Bell. En date de dimanche, Ottawa occupait le 29e rang du classement général avec 47 points et «voguait» sur une séquence de cinq défaites. De plus, les Sharks de San Jose – qui ont refilé aux «Sens» leur premier choix dans la transaction Erik Karlsson – se trouvaient quant à eux au 26e échelon.  

Aussi, Lafrenière devait se produire dans la cour arrière des Sénateurs, dimanche en fin d’après-midi, puisque l’Océanic avait rendez-vous avec les Olympiques de Gatineau. Or, il importait aux yeux de Dorion d’être présent sur place. Pour ce faire, le DG et son adjoint Peter MacTavish sont rapidement revenus dans leurs quartiers samedi soir après avoir assisté au revers de 5 à 2 de leur club aux mains des Jets à Winnipeg plus tôt dans la journée. 

«C’est primordial que nous puissions voir Lafrenière, a admis Dorion au quotidien "Ottawa Sun". Et il est très important que moi et Peter, ainsi que d’autres membres de notre équipe de recrutement, allions le voir jouer à Gatineau.» 

Cependant, la direction du club ottavien a déjà eu droit à un échantillon du talent indéniable de celui ayant amassé 26 buts et 62 mentions d’aide pour 88 points en 41 rencontres cette saison dans la LHJMQ. Elle a pu le voir à l’œuvre durant le plus récent Championnat du monde junior et le constat fut évident. 

«Nous avons vu quelqu’un étant vraiment un joueur dynamique et possédant un arsenal d’habiletés impressionnant, a déclaré Dorion. Nous pouvons voir qu’il est un fabricant de jeux et un marqueur. Il a beaucoup de vitesse et prend en charge le jeu afin de faire reculer les défenseurs adverses. Il a réellement tout ce qu’il faut.» 

D’autres alternatives 

Évidemment, le DG et ses alliés de l’organisation ne disent pas non à la possibilité de repêcher d’autres espoirs prometteurs, que ce soit Quinton Byfield ou des joueurs provenant du Vieux-Continent. La porte demeure ouverte à diverses options. 

«Il y a Lafrenière, mais également plusieurs bons jeunes dans cet encan amateur, a précisé Dorion. Nos recruteurs sont actuellement en Europe pour assister à des compétitions relevées. J’ai pu voyager en compagnie de notre chef du recrutement en Europe, Mikko Ruutu, afin d’avoir une bonne idée des meilleurs espoirs et je vois qu’il s’agit d’une cuvée ayant beaucoup de profondeur en ce qui a trait aux premières sélections.»