Renaud Lavoie

Le tournoi qui a fait grandir Nick Suzuki

Le tournoi qui a fait grandir Nick Suzuki

Renaud Lavoie

Publié 07 février
Mis à jour 07 février

Il y a un an jour pour jour, les chances de voir Nick Suzuki faire ses débuts au mois d’octobre dans la LNH étaient plutôt minces. Il n’avait pas connu un grand Championnat du monde de hockey junior et son niveau de compétition dans les matchs n’était pas toujours à niveau.

Le fait qu’il ait été échangé d’Owen Sound à Guelph, dans la Ligue de hockey de l’Ontario, lui aura permis d’apprendre à jouer dans des matchs très importants. Et lorsque je l’ai rencontré après la victoire des Canadiens face aux Ducks jeudi, il m’a indiqué que c’est ce qu’il a vécu le printemps dernier qui a changé sa façon de travailler. 

«En jouant de gros matchs en séries avec Guelph et à la Coupe Memorial, ça m’a forcé à lever mon niveau de compétition et à comprendre ce qu’il faut faire, a souligné Suzuki. Ça m’a grandement aidé à me préparer à la LNH.»

Un joueur d'une grande qualité

Nick Suzuki était, le temps d’un match, le meilleur joueur des deux équipes face aux L. Il a décidé de sortir quelques outils de son coffre qu’on n'avait pas encore vu dans la LNH, alors qu’il a utilisé quelques feintes que seulement les grands joueurs sont en mesure de compléter. 

Mais dites-vous que c’est vraiment la confiance en ses moyens qui lui permet de connaître du succès présentement. Mais ça n’a pas toujours été le cas cette saison. 

«J’avais vraiment beaucoup de difficulté à bien performer dans mes dix premiers matchs cette saison, a avoué Suzuki. J’ai atteint un plafond et j’avais perdu confiance en mes moyens.»

Mais il a réussi à s’en sortir en écoutant les entraîneurs et ses coéquipiers. Peu importe à qui vous parlez chez les Canadiens, tous sont d’accord pour dire qu’une des forces de Suzuki, c’est qu’il fait tout ce qu’on lui demande et il n’est pas nécessaire de le répéter deux fois. 

«Nick a pris des pas de géant et il écoute tout ce que les entraîneurs et les vétérans lui disent, a souligné Jeff Petry. Nate Thompson a travaillé sans cesse avec lui et maintenant Nick comprend beaucoup plus ce qu’il faut faire pour bien se préparer et jouer à ce niveau.»

Aujourd’hui, Nick Suzuki est à six points du premier rang des pointeurs des recrues de la LNH. Peut-il terminer au premier rang? Ce n’est pas impossible. Mais une chose est certaine, il obtiendra beaucoup de votes pour l’obtention du titre de recrue de l’année. Il ne gagnera peut-être pas le titre, mais s’il fait partie de la conversation, après un début difficile, ce sera tout un accomplissement.