Remparts Oceanic

Crédit : Simon Clark/Agence QMI

Mikaël Lalancette

Dernier droit : cinq équipes à battre!

Dernier droit : cinq équipes à battre!

Mikaël Lalancette

Publié 07 février
Mis à jour 07 février

Il reste moins de 20 matchs à jouer dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, on s’engage donc dans le dernier droit des séries. 

Pour une rare fois, on ne peut pas identifier une ou deux équipes à battre à ce stade-ci de la saison. Elles sont au moins cinq! Beaucoup de choses peuvent donc arriver.

Ce serait surprenant que les champions de cette saison 2019-20 ne soient pas dans ce groupe de cinq : le Phoenix, les Saguenéens, les Wildcats, les Eagles ou l’Océanic. 

Regardons leur rendement depuis la fin de la dernière période des transactions.

Les Eagles du Cap-Breton apparaissent comme l’équipe la plus dominante du groupe : une fiche de 9-1 lors des dix derniers matchs. 

Avec 58 buts marqués et 28 buts accordés durant cette séquence, les Eagles se démarquent offensivement et défensivement. Ils peuvent espérer remporter la première coupe du Président de leurs 23 années d’existence. 

L’équipe du Cap-Breton entreprend un long voyage de six matchs en neuf jours au Québec dans les prochaines heures. C’est une lourde commande pour la troupe de Jake Grimes, qui a battu les Wildcats de Moncton deux fois depuis le 7 janvier.

Parlons-en des chats sauvages!

Depuis les ajouts de plusieurs joueurs de talent, on peut penser à Benoit-Olivier Groulx, Jared McIsaac et Gabriel Fortier pour ne nommer que ceux-là, cette équipe ne perd à peu près plus. 

La bataille avec le Cap-Breton pour la première place de la division Maritimes est très importante. Elle garantit l'une des deux premières places dans l'Association Est peu importe le nombre de points récoltés. C’est un avantage non négligeable pour les prochaines séries.

Les Wildcats ont eux aussi six matchs à jouer au Québec, répartis sur deux voyages. Ils devront affronter les Saguenéens à Chicoutimi et l’Océanic à Rimouski. C’est déjà fait pour le Cap-Breton!

Moncton a la meilleure brigade défensive du groupe des cinq depuis la fin de la dernière période des transactions : seulement 21 buts accordés en neuf parties. 

Ce sera donc intéressant de surveiller les trois matchs à venir contre les Sags, l’Océanic et les Eagles. La course au premier rang dans l’Est va probablement se jouer là.

Le Phoenix, qui domine le classement général depuis plusieurs semaines, ne ralentit pas. L'équipe a fait face à de l'adversité, mais elle est résiliente. L'équipe semble unie et en mission.

Sherbrooke entreprendra son dernier voyage dans les Maritimes dans les prochaines heures. 

La suite du calendrier est plutôt favorable à Stéphane Julien et sa bande : 9 des 15 derniers matchs du Phoenix auront lieu contre des équipes de la division Ouest, qu’elle a dominée outrageusement depuis le début de la saison (12-2-0-1).

Le Phoenix évolue peut-être dans une association un peu plus faible, mais Sherbrooke n’a aucun complexe devant les formations de la division Maritimes (8-0-1). Ce fut plus serré contre les deux puissances de la division Est, Chicoutimi et Rimouski (3-3-1-0).

Bref, la porte est grande ouverte pour Sherbrooke, qui pourrait remporter un premier trophée Jean-Rougeau depuis la campagne 1992-93. Le directeur général du Phoenix, Jocelyn Thibault, et l’entraîneur-chef Stéphane Julien, étaient des porte-couleurs de cette édition.

À Rimouski, le retour d’Alexis Lafrenière, de Colten Ellis et de Dmitry Zavgorodniy a fait grand bien à l’Océanic, qui vient de remporter ses sept derniers matchs.

Durant cette séquence de victoires, les hommes de Serge Beausoleil n’ont concédé que six maigres buts! Les statistiques des gardiens de l'équipe en janvier sont impressionnantes : Colten Ellis (1,42 et 0,942) et Creed Jones (0,79 et 0,965).

Les Saguenéens font douter

On ne peut pas en dire autant des Saguenéens, qui éprouvent de gros ennuis défensivement depuis trois semaines. 

Du groupe des cinq, ce sont les Sags qui ont accordé le plus de buts depuis le 7 janvier : 48 buts en 11 parties. C’est trop, beaucoup trop. 

Vrai, Chicoutimi marque aussi beaucoup de buts, mais c’est plutôt rare qu’on voie des équipes gagner des matchs 7-6 et 8-6 en séries éliminatoires. Les Bleus devront corriger le tir d’ici le début des séries sans quoi le parcours éliminatoire pourrait être plus court qu'espéré au Saguenay.

Si l’Océanic et le Phoenix ont vidé leur infirmerie, c’est le contraire chez les Saguenéens. Les noms de Patrick Kyte, Vladislav Kotkov et Xavier Labrecque viennent de s’ajouter à ceux de Samuel Houde, Louis Crevier et Hendrix Lapierre, déjà sur la liste des blessés à long terme.

Une situation problématique qui arrive au bien mauvais moment pour les Saguenéens, installés au sommet de l’association Est depuis deux mois.

La chimie tarde à s'installer chez les Saguenéens. 

Les 20 prochains matchs seront déterminants!