Canadiens de Montréal

À VOIR: Kotkaniemi s'éclate à Laval!

Publié | Mis à jour

Jesperi Kotkaniemi n’est pas gêné dans son nouvel uniforme. À sa deuxième sortie à Laval, il a offert une performance de trois points dans une victoire de 5 à 4 du Rocket en prolongation face aux Comets de Utica, mercredi soir.    

S’il avait affirmé avoir disputé son match préféré de la saison en amassant une aide dans la défaite face aux Senators de Belleville samedi, il était souriant après sa soirée de trois points. Mais plus réservé...        

Évoluant tantôt au centre, tantôt à l’aile du premier trio en compagnie de Charles Hudon et Jake Evans, «KK» s’est amusé sur la glace de la Place Bell. La brigade défensive des Comets en a eu plein les bottines durant une bonne partie de la soirée. Le genre de performance contribuant à ramener la confiance et le plaisir.    

Parmi les jeux de la semaine    

Multipliant les bonnes présences, il a patiné avec aisance, contrôlé la rondelle, fabriqué des jeux et alimenté Hudon avec ses passes géniales, dont l’une transversale lors d’une attaque à cinq que l’on devrait retrouver dans les jeux de la semaine.    

Justement, le choix de premier tour du Tricolore au repêchage de 2018 ne met pas de temps à établir une solide chimie avec Hudon. Ce dernier a marqué ses trois derniers buts avec l’aide du Finlandais et de Xavier Ouellet.    

En supériorité numérique, les trois amigos sont particulièrement dangereux en zone offensive. En ajoutant Evans à l’équation, la rondelle bouge dans toutes les directions.    

«Sans être le meilleur, c’était un bon match. L’unité en avantage numérique a très bien fonctionné. Mon travail est plus facile de refiler la rondelle à Hudon puisqu’il marque. C’est assez simple, car je n’ai qu’à lever les bras», s’est exclamé Kotkaniemi, petit sourire en coin, en parlant des deux filets de son coéquipier.    

Malgré la feuille de match, «KK» ne voyait pas la vie qu’en rose. Il a noté quelques points à corriger dans certaines situations, notamment à égalité numérique. L’instructeur Joël Bouchard a par ailleurs salué son objectivité sans dévoiler les lacunes précises.    

«Il démontre de belles choses. Il y a d’autres moments où il doit par contre être meilleur. On l’utilise dans certaines situations et on l’envoie sur la glace dans les dernières minutes de jeu. C’est pour ça qu’il est ici», a rappelé Bouchard.    

«Il doit acquérir cette expérience, a poursuivi le volubile instructeur. On lui donne beaucoup d’informations. On peut se permettre de le faire, car on est dans la LAH, un calibre où on développe les gars en les mettant sur la même page. J’ai trois ou quatre séquences en tête où Jesperi ne peut faire dans la LNH ce qu’il a fait ce soir [mercredi]. On va prendre le temps de lui montrer et de lui expliquer.»    

McNiven devant Kinkaid    

Alors que Cayden Primeau était de retour dans le giron du Rocket en début de journée, mercredi, au lendemain d’un voyage d’urgence au New Jersey avec le Canadien, le gardien a profité d’un repos.    

Avec la présence de l’espoir Michael McNiven à Laval, Bouchard a décidé de lui offrir son premier départ de la saison dans la Ligue américaine. Serait-ce là une façon de passer un message limpide à Keith Kinkaid, incapable de bloquer un ballon de plage, qui avait démontré sa frustration sur la situation des gardiens dans l’organisation en début de semaine ?    

Pas tout à fait, a expliqué Bouchard puisque Primeau devait obtenir ce départ. Toutefois, l’entraîneur a voulu amené un vent de fraîcheur en récompensant aussi McNiven pour son travail et sa patience.    

Celui-ci a traîné son baluchon dans trois marchés de bas de classement de la Ligue de la côte est en raison de la congestion devant les filets de l’organisation.    

Sans offrir une performance impeccable alors qu’il était lancé dans la gueule du loup face à une équipe aguerrie, le gardien de 22 ans a saisi l’occasion de se faire valoir pendant que Kinkaid réchauffait le banc.    

Combatif et solide en voyant les Comets constamment répliquer, il a bloqué 31 rondelles en sauvant les meubles à quelques occasions. Une sortie qui portera à réflexion à l’approche d’un voyage de cinq matchs à l’étranger.    

En pleine course aux séries éliminatoires, comment Bouchard pourra-t-il démontrer la moindre confiance envers Kinkaid, qui présente une fiche perdante et un taux d’efficacité de ,880 ?    

Un ménage à trois devant le filet ne peut que causer la confusion et la frustration.