Panthers c. Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Armia parmi l'élite dans un aspect selon Julien

Publié | Mis à jour

Joel Armia n’a rien d’un moulin à paroles. Il faut plusieurs questions pour lui soutirer deux ou trois bonnes réponses. Mais sur la glace, le Finlandais a trouvé une façon de sortir de sa coquille.

À sa deuxième saison avec le CH, Armia a grandement gagné en confiance.

«Oui, je connais ma meilleure saison dans la LNH», a timidement répondu l’ailier droit de 6 pi 4 po et 210 lb.

Claude Julien a tendance à rester assez conservateur dans ses commentaires sur ses propres joueurs. Il n’est pas le type d’entraîneur qui lance des bouquets de fleurs à la tonne pendant une saison. Après la difficile victoire de 5 à 4 en tirs de barrage contre les Devils, à Newark, mardi, Julien n’a pas hésité à dire qu’Armia avait été le meilleur joueur des deux équipes sur la patinoire.

Une journée plus tard, Julien a été aussi élogieux en parlant du numéro 40. Il a établi un élément important pour expliquer son amélioration entre sa première campagne avec le CH et la présente saison.

«Je dirais la confiance, a répliqué l’entraîneur en chef. Il est un gros ailier, il est fort et solide. Il protège bien la rondelle, il a de bonnes mains et un bon tir. Il a toutes les qualités au monde. Ce qu’on voit avec lui, c’est qu’il prend confiance dans tous les aspects de son jeu.»

Un maître en protection de rondelle

Pour un ailier aussi imposant, Armia ressort du lot en matière de protection de rondelle et pour l’agilité de ses mains. Questionné à savoir s’il pouvait le comparer à un joueur, Julien a offert une réponse intéressante sans sortir un nom précis.

«Il y a des joueurs qui sont très bons pour protéger la rondelle. Je n’ai pas un nom qui me vient en tête pour comparer Armia. Mais il fait partie des meilleurs. Il a tous les outils pour faire ça : le gabarit, de bonnes mains, le sens du jeu et il sait comment bouger pour protéger la rondelle et empêcher son rival de la lui enlever. C’est un atout important. Il a aussi la confiance de garder la rondelle. Dans des situations serrées, on voit souvent des joueurs qui se débarrassent de la rondelle.»

Un rôle différent

Choix de premier tour des Sabres de Buffalo au repêchage de 2011 (16e au total), Armia a pris du temps avant de trouver sa place dans la LNH. C’est à son troisième arrêt qu’il a enfin décroché le bon rôle.

En deux saisons au sein de l’organisation des Sabres, il a porté l’uniforme avec le gros bison une seule fois avant d’être impliqué dans une transaction totalisant six joueurs entre Buffalo et Winnipeg. Avec les Jets, il a passé la majorité de ses deux saisons et demie au sein d’un troisième ou quatrième trio. Il était plus loin dans la hiérarchie avec la présence des Patrik Laine, Blake Wheeler, Nikolaj Ehlers et Kyle Connor aux ailes.

À sa dernière saison à Winnipeg, Armia avait un temps de jeu moyen de 12 min 36 s. C’est le jour et la nuit entre Winnipeg et Montréal. L’an dernier, il a vu son utilisation moyenne augmenter à 15 min 48 s. Cette année, c’est encore plus, à 17 min 13 s. Seul Phillip Danault (19 min 05 s) passe plus de temps sur la glace parmi les attaquants de l’équipe.

«Je n’avais jamais eu ce rôle dans la LNH. Je n’obtenais pas de temps de jeu en supériorité ou en infériorité numérique, a fait remarquer Armia. C’est bien. J’aime ça me retrouver sur la glace souvent. Je sens que les entraîneurs me font confiance. Je joue avec la même intensité que dans le passé. Je travaille fort.»

Sommet personnel

En 42 matchs cette saison, Armia a amassé 26 points (14 buts, 12 passes) et il présente un différentiel de + 9.

Avec ses 14 buts, il a déjà atteint un sommet personnel. S’il maintient le rythme, il terminera l’année pour la première fois avec plus de 20 buts. Et sans une blessure à une main qui lui a fait manquer 11 matchs, il aurait pu cogner à la porte des 30 buts.

Une saison de 30 buts. Est-ce un objectif réaliste dans le futur ?

«Combien ? 30 buts ? On verra. Je vais commencer par 20, a-t-il dit. Il sera important d’être en santé. J’ai eu des blessures. Ce serait bien de rester en santé pendant une saison et voir ce que je peux faire.»