Impact de Montréal

MLS : à 25 jours de la 25e saison!

Publié | Mis à jour

La MLS donnera le coup d’envoi à la 25e saison de son histoire dans exactement 25 jours.  

La ligue, qui a tenu sa première saison en 1996, est en croissance constante depuis ses débuts. Elle a même passé la deuxième vitesse au cours de la dernière décennie en ajoutant constamment de nouvelles équipes dans des marchés importants. La qualité du produit s’améliore sans cesse, les joueurs y arrivent de plus en plus dans la force de l’âge et les différentes académies de la ligue produisent des talents qui attirent désormais l’œil de la planète soccer.     

La ligue apparaît en voie d’être l’une des dix meilleures au monde, en terme de niveau de jeu, d’ici quelques années.  

Donc, à 25 jours du début de cette nouvelle saison, voici dix curiosités au sujet de cette ligue qui polarise encore, mais qui convainc toujours plus.    

  • Il y a trois équipes canadiennes en MLS. L’Impact sera la première des trois à sauter sur le terrain lors de la saison 2020.  
  • Preuve que la MLS est de plus en plus convoitée par les investisseurs, le groupe mené par l’homme d’affaires David Tepper a payé 325 millions $, selon plusieurs médias pour obtenir une concession à Charlotte, qui fera ses débuts en MLS en 2021. Lorsque l’Impact est entré en MLS en 2011, le propriétaire Joey Saputo avait déboursé 40 millions $. En 2007, le Toronto FC a payé 10 millions $ pour le même privilège.  
  • Lorsque le célèbre joueur anglais David Beckham s’est joint au Galaxy de Los Angeles en 2007, une clause à son contrat lui donnait la possibilité d’un jour obtenir une équipe d’expansion en MLS pour 25 millions $. Son Inter Miami fera ses débuts en MLS cette saison, en même temps que le Nashville SC, qui a dû dépenser 150 millions $ pour y accéder. Disons que «Becks» a fait une très bonne affaire...  
  • Le joueur le plus cher de l’histoire de la MLS est, jusqu’ici, Gonzalo «Pity» Martinez, qui a coûté 16,53 millions $ à Atlanta United il y a environ un an. Mais Atlanta venait alors de réussir la plus grosse vente de l’histoire de la ligue, fourguant Miguel Almiron à Newcastle, en Angleterre, pour plus de 27 millions $. (source : Transfermarkt)  
  • La MLS compte évidemment sur plusieurs joueurs américains et canadiens, mais au total, on y trouve des athlètes qui viennent de 73 pays .  
  • La MLS, une ligue de préretraités? L’an dernier, le FC Dallas était l’équipe la plus jeune avec une moyenne d’âge de 24,12 ans. La plus âgée? Les champions de la Coupe MLS, les Sounders de Seattle, avec une moyenne d’âge de 27,16 ans. La moyenne d’âge des joueurs désignés? 27,1 ans. Oui, la MLS attire encore des joueurs dans la trentaine. Comme ailleurs. Mais ce n’est pas une ligue de préretraités venant collecter un dernier bon chèque comme ce fut le cas dans le passé.  
  • Sept équipes compteront sur un nouvel entraîneur en 2020, dont l’Impact, qui a embauché le Français Thierry Henry en novembre dernier. L’entraîneur au plus long règne, actuellement, est Peter Vermes, qui dirige le Sporting Kansas City depuis 2009. Mention honorable à Ben Olsen, qui est l’entraîneur de D.C. United depuis 2010.  
  • Pour souligner sa 25e saison, la MLS dévoilera, lors d’un événement spécial tenu mercredi à New York, une série de nouveaux maillots Adidas qui seront portés par les différentes équipes de la ligue. Combien de maillots seront dévoilés exactement, on ne le sait pas, mais le nouveau maillot «extérieur» de l’Impact y sera présenté. Certains de ces chandails ont été coulés sur le web dans les derniers jours.      

   

  • 14 ans. C’est l’âge du gardien américain Emmanuel Ochoa, à qui les Earthquakes de San Jose ont offert un contrat pro en novembre dernier. Le pire, c’est qu’il n’est pas le plus jeune joueur de l’histoire à le faire : la palme revient au «légendaire» Freddy Adu, qui était... 23 jours plus jeune lorsque D.C. United lui a offert un contrat en 2004.  
  • Trois. C’est le nombre de nouveaux visages à l’heure actuelle chez l’Impact de Montréal en vue de la saison 2020. Romell Quioto a fait ses preuves en MLS, mais il est imprévisible, tandis que Joel Waterman et Steeven Saba ont, pour l’instant, le profil de joueurs de soutien. Le club semble à tout moment en voie de perdre son capitaine et meilleur joueur Ignacio Piatti. À moins d’une surprise, la saison démarrera dans le doute chez plusieurs observateurs et partisans. Cela dit, donnons plus de temps au nouveau directeur sportif Olivier Renard pour remodeler l’ensemble de l’effectif à son goût. Un tel chantier ne peut pas être remis à l’ordre en un seul hiver.