Boxe

Kim Clavel ne doute pas

Publié | Mis à jour

La boxeuse québécoise Kim Clavel estime que le Groupe Yvon Michel (GYM), du fait de son intérêt marqué pour la boxe féminine au Québec, est définitivement le meilleur promoteur pour la suite de sa carrière. 

La championne NABF des mi-mouches a quitté Eye of the Tiger Management, il y a quelques semaines, et sa nouvelle alliance avec Gym a été confirmée lundi.   

«On se connaît depuis toujours, quand même, et quand Yvon a vu que j'étais agente libre, c'est sûr qu'il a démontré de l'intérêt à mon endroit, a-t-elle expliqué, mardi, en entrevue à "JiC". Hier, je suis allée voir le contrat, négocier et puis on signé!»  

«On m'a approchée, j'ai eu quelques discussions et je me suis rendu compte que ce qui marchait le plus avec mes valeurs, c'était de signer avec Yvon», a-t-elle ajouté. 

Le promoteur avait une qualité majeure à ses yeux. 

«Ce que j'ai adoré d'Yvon, quand je lui ai parlé, c'est qu'il connaît les championnes dans ma catégorie, il s'intéresse vraiment à la boxe féminine, il connaît ça», a souligné l’athlète de 29 ans. 

Clavel aurait également pu s’expatrier, mais il était important pour elle de demeurer dans son coin de pays. 

«Je me suis recentrée sur moi-même et non, personne ne m'a dit "ne va pas là", a-t-elle expliqué. Oui, j'ai lu des commentaires de gens qui disaient "la pire gaffe de sa vie", mais on ne peut jamais plaire à tout le monde.»  

«Une des raisons pour lesquelles je suis allée avec Yvon, c'est que j'aime vraiment mes fans québécois, j'aime ma famille, j'aime mes amis et j'adore boxer ici, au Québec, a-t-elle ajouté. Ça fait la différence quand tu as tes gens autour de toi pour te soutenir.» 

Cet entourage, c’était d’ailleurs une source de frictions avec Eye of the Tiger, qui est en froid, notamment, avec l’entraîneur Stéphan Larouche, dont la boxeuse est très proche. 

«Ça faisait un bout de temps que ça me titillait, a-t-elle admis. C'est sûr que le fait que les gens que je veux autour de moi ne pouvaient pas toujours l’être parce qu'ils n'en avaient pas le droit, c'était un stress inutile pour moi qui revenait toujours et qui n'allait pas en s'améliorant ou en se réglant.» 

«Camille (Estephan, grand patron d’Eye of the Tiger) n'acceptait pas certaines personnes de cet entourage et pour moi, ça me brisait le cœur», a-t-elle précisé.  

«Ce n'est pas normal, quand tu vas boxer, qu'une personne qui t'a vraiment aidée n'ait pas le droit d'être là, a poursuivi Clavel. Ça me faisait pleurer ces affaires-là et tu n’es pas supposée de vivre ta carrière de boxe en étant stressée, en ayant peur de dire un mot, de remercier quelqu'un.» 

«C'est malsain et je n'ai pas envie de vivre ma carrière de boxe comme ça.» 

La boxeuse a cependant tenu à souligner qu’Eye of the Tiger avait fait de bonnes choses pour sa carrière. 

«J'ai passé deux belles années, j'ai eu de belles opportunités, ils m'ont gardée active, a-t-elle indiqué. Je ne suis pas en chicane avec personne, je suis en bons termes, et on continue.» 

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.