Crédit : Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

NFL

Les vrais gagnants du Super Bowl

Philippe Asselin

Publié | Mis à jour

Avant même le botté d’envoi du Super Bowl LIV entre les Chiefs de Kansas City et les 49ers de San Francisco, il y avait déjà un gagnant de la grande messe du football américain : la Fondation LDT. 

Active aux quatre coins du Québec depuis près de trois ans, et ce, afin de promouvoir l’activité physique et les arts dans la réussite scolaire, la fondation créée par Laurent Duvernay-Tardif (LDT) profite déjà de la présence de son fondateur au match ultime de la saison 2019 de la NFL.  

«Ça fait plusieurs années que l’on souhaite une participation au Super Bowl pour Laurent. [...] C’est l’accomplissement de tout ce que dit Laurent. C’est un exemple d’un travailleur acharné et de la persévérance», a exprimé Catherine Laroche, qui est gestionnaire de projets à la Fondation LDT. 

Arborant fièrement son chandail des Chiefs, Mme Laroche accueillait la centaine de convives qui étaient venus regarder le joueur de ligne offensive québécois à l’œuvre sur les écrans géants de la Taverne 1909 du Centre Bell. 

«Avec la vague qui a suivi la qualification des Chiefs au Super Bowl, il était inévitable que nous avions besoin d’un point de rassemblement LDT, a expliqué la directrice générale de la Fondation LDT, Marie-Christine Boucher. Nous avons rassemblé des membres de la famille de Laurent, des amis, des bénévoles de la Fondation, des donateurs et des partenaires. Quand j’ai approché ces gens-là, les partenaires ont décidé de faire des dons supplémentaires.» 

«Avec ce qui se passe présentement, notre message va être tout simplement plus fort», s’est réjouie Mme Boucher. 

Une famille fière 

Il n’y avait pas seulement les responsables de la Fondation LDT et ses partenaires qui profitaient de ce moment unique. La famille de Duvernay-Tardif était également aux anges, elle dont les membres présents étaient fiers, voire incrédules, de regarder l’un de leurs proches en action au Super Bowl. 

Ce ne sont cependant pas les prouesses sportives de l’homme de 28 ans qui les impressionnait le plus. 

«Malgré sa réussite, Laurent est resté la même personne», a affirmé sa cousine Anne Sylvain. 

«C’est magique ce que Laurent fait, parce qu’il est une idole pour les jeunes. Il leur donne la motivation nécessaire pour qu’ils atteignent leurs objectifs», a renchéri Lyette Duvernay, qui est l’une des tantes de LDT. 

Et justement, ce n’est pas un exploit sur le terrain de football que se rappelle Mme Sylvain, mais un geste qu’a posé son cousin sur son milieu de travail à elle. 

«Laurent est venu rencontrer certains de mes élèves et il a fait une réelle différence dans leur cheminement, s’est souvenu avec le sourire l’orthopédagogue. Il n’était pas obligé de faire ça, mais il est comme ça Laurent.»