LHJMQ

Patrick Roy encore en furie contre le travail des arbitres

Richard Boutin

Publié | Mis à jour

En retard 3 à 0 tôt en deuxième période, les Remparts de Québec n’ont pas baissé les bras, mais ils se sont néanmoins inclinés, vendredi, par la marque de 3 à 2 devant les Tigres de Victoriaville qui ont touché la cible à deux reprises en avantage numérique en cinq tentatives.

Le travail des officiels a alimenté les conversations après la rencontre. Les Tigres ont profité de cinq avantages numériques contrairement à deux pour les Remparts.

«Le coach de l’autre bord doit être fatigué, a débité l’entraîneur-chef des Remparts Patrick Roy. Il a coaché et arbitré en même temps. Quand le coach adverse passe la moitié du match debout sur le banc, je me demande c’est quoi le respect qu’il a pour l’entraîneur local. Je trouve ça décevant.»

«Il y a des choses frustrantes qui se passent au Centre Vidéotron, de poursuivre Roy. On n’a jamais l’avantage dans les punitions. Les officiels se retrouvent dans un amphithéâtre de la LNH et ils rêvassent. Ils voient une occasion de démontrer qu’ils ont du caractère en décernant plus de punitions à l’équipe locale. Les deux équipes ont été disciplinées et il n’y avait pas un écart de trois dans les punitions. À un moment donné, il y avait un officiel qui était en train d’expliquer à notre coach des défenseurs comment jouer.»

Les Remparts ont profité d’un avantage numérique avec sept minutes à écouler au match, mais ils n’ont pas été en mesure d’en profiter. Ils ont retiré leur gardien avec 1 min 40 s, mais ils n’ont pas réussi à pousser la rencontre en prolongation même s’ils ont bourdonné autour des buts.

Retrouvailles

Acquis des Tigres en décembre, Tristan Côté-Cazenave renouait avec ses anciens coéquipiers. Particulièrement déçu d’avoir échappé ce match ? «Avec une victoire, on se serait retrouvé à égalité avec les Tigres au classement général et je suis déçu, peu importe l’adversaire, a mentionné le portier de 20 ans. Nous avons écopé de trop de punitions. C’était un match comme les autres. Ils ont réussi de beaux jeux et je les félicite. Ils ont joué selon leur identité. En avantage numérique, ils ont mis du trafic devant le filet et ça rendait ma tâche plus difficile.»

La stratégie était claire pour les Tigres. «En avantage numérique, la clé était de mettre des gars devant le filet, a confirmé Louis Robitaille. Tristan a joué trois ans chez nous et on l’a vu grandir. On connaît ses forces et ses faiblesses, et les gars étaient affamés de l’affronter. Félix Paré a été incroyable. En plus de son travail en avantage numérique, il s’est sacrifié en fin de match en bloquant un tir. C’est la recette pour gagner des parties.»

Auteur d’un but, Anthony Gagnon reconnaissait que la côte était difficile à remonter après s’être creusé un déficit de trois buts. «C’est difficile de revenir après avoir concédé un tel retard, mais on a montré du caractère, a mentionné le capitaine des Diables rouges. On a raté une opportunité en avantage numérique en fin de match. C’est décevant de perdre contre une équipe aussi près de nous au classement général.»

En bref

Pierrick Dubé n’a pas affronté les Tigres. Parti à Sept-Îles pour les funérailles de sa grand-mère, il sera aussi absent, aujourd’hui, alors que les Remparts rendront visite à l’Armada de Blainville-Boisbriand... Son absence a permis à Yu Sato de revenir au jeu.