Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

«KK a tous les outils» - Carey Price

Jean-François Chaumont

Publié | Mis à jour

Carey Price s’y connait un brin en matière de pression de jouer dans un marché endiablé comme celui de Montréal. Avec le renvoi de Jesperi Kotkaniemi avec le Rocket de Laval, Price a pu faire un parallèle avec son propre parcours.  

Si Kotkaniemi a fait ses premiers pas à Montréal à l’âge de 18 ans, Price a terminé son stage junior avec les Americans de Tri-City avant d’endosser l’uniforme du Canadien. Il avait 20 ans à ses débuts avec le CH. Il avait gagné la médaille d’or avec l’équipe canadienne au Championnat du monde junior en 2007 et il avait remporté la coupe Calder avec les Bulldogs de Hamilton quelques mois plus tard. 

Price, le cinquième choix au total au repêchage de 2005, avait un bagage d’expérience plus important que Kotkaniemi à son arrivée à Montréal. Malgré tout, le gardien originaire d’Anahim Lake a également expérimenté la réalité d’un retour dans la Ligue américaine à sa première saison dans la LNH. 

«Je m’en souviens encore, le CH m’avait renvoyé à Hamilton en même temps que Kyle Chipchura», a dit Price après le gain de 4 à 0 contre les Panthers de la Floride. 

C’était le 8 janvier 2008 quand Price avait fait ses bagages pour Hamilton. Il y avait joué dix matchs pour les Bulldogs avant de revenir à Montréal. 

«Ça fait partie de l’expérience. À son âge, Jesperi doit réaliser que ça ne sera pas toujours facile, c’est une ligue difficile, la LNH, a rappelé Price. Ça lui fera du bien de jouer des matchs dans la Ligue américaine pour rebâtir sa confiance. Il sait qu’il reviendra à Montréal à un certain moment. Il doit rester positif vis-à-vis cette expérience. Il obtiendra un très bon temps de jeu avec le Rocket et il aura du temps pour travailler sur son jeu.» 

Un bel avenir 

Comme gardien, Price bloque des tirs de Kotkaniemi sur une base quotidienne depuis près de deux ans à l’entraînement. Le gardien de 32 ans voit toujours un très bel espoir en le troisième choix au total au repêchage de 2018. 

«KK a tous les outils pour réussir, a-t-il répliqué. Mais c’est une ligue difficile et tu peux rapidement perdre confiance dans la LNH. Quand ça ne va pas bien pour quelques matchs, tu peux te décourager. Il aura maintenant l’occasion de changer le vent de côté. Il jouera dans une ligue inférieure et il aura l’occasion de redevenir un joueur dominant.»