LHJMQ

Patrick Roy évoque un complot contre les Remparts

Publié | Mis à jour

Patrick Roy parlait d’un match de «quatre points» avant la rencontre face aux Sea Dogs de Saint John. Sans être parfaits, ses joueurs ont compris l’importance de l’enjeu et les Remparts ont signé une importante victoire de 4-1, mercredi soir, au Centre Vidéotron, se rapprochant à deux points de la formation du Nouveau-Brunswick.

En fait, les Diables rouges ont secoué les cordages à sept reprises au cours de la soirée, mais trois buts refusés à leur endroit, dont deux pour hors-jeu, ont donné des cheveux gris à l’entraîneur-chef et directeur général de la formation québécoise.

«Ça faisait longtemps que je n’avais pas vu un superviseur aussi occupé que ma quatrième ligne [...] Sur le premier but refusé, il ne l’a pas vu rentrer et le superviseur ne savait pas s’il avait l’intention de siffler. Puis, le positionnement de l’officiel n’était pas très bon sur la séquence. Au lieu d’être derrière le filet, il était dans l’enclave, c’est gênant un peu. C’est plus moi qui avais de la misère à gérer tout ça. Ce sont mes joueurs qui m’ont ramené à l’ordre», pointait Roy en point de presse.

Il a ensuite poussé sa réflexion sans même qu’une autre question lui soit posée.

«On dirait qu’il y a beaucoup de décisions qui sont contre nous. Je ne sais pas si la ligue a quelque chose contre nous, mais il y a beaucoup de décisions qui jouent contre nous. Est-ce le fait que c’est au Centre Vidéotron? Ils veulent impressionner? Je ne sais pas c’est quoi», se questionnait le «33» à voix haute.

Côté-Cazenave se signale

N’empêche que les Remparts, avec ce 20e gain en 49 sorties, soufflent désormais dans le cou des Sea Dogs qui sont installés au septième rang de la Conférence de l’Est. Les deux équipes seront en action vendredi soir, les Remparts accueillant les Tigres de Victoriaville.

Anthony Gagnon, Pierrick Dubé, Jacob Melanson et Nathan Gaucher, dans un filet désert, ont trompé la vigilance du portier des Sea Dogs qui a été bombardé de 42 rondelles. Arrivés à Québec à 2 h du matin, les Sea Dogs avaient semblé avoir laissé leurs jambes dans l’autocar. Et dans leurs bons moments, Tristan Côté-Cazenave a fermé la porte.

«C’était un match important, on ne voulait pas le laisser passer. On avait pris les devants 2-0 à Rimouski [avant de perdre 4-2] et c’était frustrant. Cette victoire fait du bien. C’est une semaine où on peut aller chercher beaucoup de points», a soutenu le portier de 20 ans qui a stoppé 29 tirs.

«On a eu des bons moments et des moins bons. Dans l’ensemble, on contrôlait bien le match [...] On a donné trop de chances défensivement et Tristan a été très, très bon, surtout en deuxième où ça aurait pu les ramener dans le match», a renchéri Roy.

Dans l’autre camp, le Beauceron Joshua Roy, qui chaussait les patins pour la première fois non loin de la maison, a avoué que la nervosité a dérangé ses jeunes coéquipiers.

«J’étais nerveux un peu au début alors que j’avais des amis et de la famille dans les estrades, mais j’essayais de me concentrer sur le match. On est sortis soft et on a commencé à travailler en troisième période. Il y avait un stress avec les fans, ça a pu être un facteur [pour le mauvais départ]», a répondu l’attaquant originaire de Saint-Georges.