SPO-ENTRAINEMENT DES CARABINS

Crédit : Sébastien St-Jean / Agence QMI

Football universitaire RSEQ

Carabins: un candidat de moins

Richard Boutin

Publié | Mis à jour

Perçu comme l’un des principaux candidats à la succession de Danny Maciocia à la barre des Carabins de l’Université de Montréal, Marco Iadeluca n’a pas l’intention de postuler.

«J’ai une belle job, une très belle job et je suis très bien», a affirmé le responsable des sports au Collège André-Grasset qui a été le bras droit de Maciocia pendant sept ans avant de quitter son poste après la saison 2017.

«Je suis heureux dans mon emploi et j’ai une belle qualité de vie familiale. Comme gestionnaire, je travaille dans le domaine que j’ai étudié et j’ai la chance de coacher au football avec les Phénix dans un bon calibre de jeu.»

Identifié à ses dernières années avec les Bleus comme le remplaçant de Maciocia si ce dernier retournait dans la LCF, Iadeluca assure que ce n’est pas une décision facile de ne pas postuler, mais qu’il se plaît énormément dans son nouveau rôle.

Un choix

«C’est difficile parce que le football n’a jamais été un travail pour moi, mais une passion», a-t-il expliqué.

«En 2010 quand je me suis joint au Rouge et Or de l’Université Laval, j’ai eu l’opportunité de vivre ma passion à temps plein. Ce n’est pas tout le monde qui a cette chance. Après un beau “trip” avec les Carabins, je recherchais un nouveau défi parce que je ne voulais pas rester coordonnateur offensif toute ma vie», de poursuivre Iadeluca.

«C’est beau le football, mais c’est moins attrayant pour un futur employeur si tu n’as rien fait d’autre. Le moment était venu de passer à une autre étape. J’ai pris une décision pour moi et non pas en fonction de l’ouverture possible du poste d’entraîneur-chef.»

S’il assure qu’il n’a pas soumis sa candidature et qu’il n’a pas l’intention de le faire d’ici la date limite du 30 janvier, Iadeluca pourrait-il se laisser convaincre si la direction des Carabins le contacte?

«Je n’ai fait aucune démarche et je ne veux pas commenter des suppositions.»

En réflexion

Ancien collègue de Iadeluca avec les Bleus et ami proche, Paul-Eddy Saint-Vilien n’a pas encore arrêté sa décision à savoir s’il embarquera dans la course ou non.

«Peu importe ma décision, mon patron va m’appuyer, a mentionné le coordonnateur défensif des Ravens de Carleton qui est sous contrat encore pour deux ans. Je suis un gars de Montréal, les Carabins sont un programme prestigieux, je connais le personnel d’entraîneurs et j’ai recruté des joueurs de l’édition actuelle. 

«Ça serait une bonne situation. Marco est le seul entraîneur que j’écouterais pour faire un changement latéral.»