Crédit : AFP

Tennis

Une petite frayeur pour Ashleigh Barty

Publié | Mis à jour

La N.1 mondiale Ashleigh Barty a concédé un set dimanche en 8es de finale face à l’Américaine Alison Riske (19e), mais elle a fini par s'imposer 6-3, 1-6, 6-4 et rejoint la Tchèque Petra Kvitova en quarts.

«Il fallait juste que je m'accroche et que j'essaie de me donner une chance», a expliqué Barty sur la façon dont elle a géré la perte de ce deuxième set.

Impressionnante au premier set, l’Australienne a soudainement perdu pied, se faisant breaker d’entrée de deuxième manche pour ainsi laisser l’Américaine revenir dans ce match qu’elle maîtrisait jusque-là.

Barty, qui a remporté son premier tournoi du Grand Chelem à Roland-Garros la saison dernière, se qualifie pour la deuxième fois de sa carrière pour les quarts de finale de l’Open d’Australie, son meilleur résultat à Melbourne.

Elle affrontera Kvitova (8e), qui l’a battue à ce stade de la compétition l’an dernier, pour une place en demi-finales.

Gauff retombe sur terre

Le tableau féminin a été marqué par la chute de l'ado Gauff. La plus jeune joueuse du tournoi (15 ans), qui n'avait encore jamais perdu face à une compatriote américaine, semblait devoir tout casser après ses victoires sur Venus Williams au premier tour et sur la tenante du titre, la Japonaise Osaka, au 3e.

Mais, après un premier set très serré, l'Américaine Sofia Kenin (15e) lui a infligé une correction 6-7 (5), 6-3, 6-0.

«C'était un gros match contre une grande joueuse. Cette victoire veut dire beaucoup pour moi», a commenté la joueuse de 21 ans, née à Moscou mais ayant grandi à New York puis en Floride.

Son meilleur résultat à Melbourne était jusqu'ici le 2e tour atteint l'an dernier. En Grand Chelem, elle s'est hissée jusqu'en 8es de finale à Roland-Garros, la saison passée également.

Kenin affrontera la surprenante Ons Jabeur (78e) pour une place dans le dernier carré.

La Tunisienne de 25 ans, première joueuse du monde arabe à atteindre les quarts d'un tournoi du Grand Chelem, a éliminé 7-6 (7/4), 6-1 la Chinoise Qiang Wang (29e) qui avait provoqué la stupeur en écartant au 3e tour Serena Williams.

«J'en tremble, c'est vraiment incroyable, je ne peux pas décrire ce que je ressens», a commenté Jabeur.

«J'ai très bien commencé le match, mais ensuite c'est ma soeur qui jouait, pas moi (rire) ! Si je joue bien c'est moi, si je joue mal c'est ma soeur !», a-t-elle plaisanté.

La journée avait débuté par la qualification de la Tchèque Petra Kvitova, 8e mondiale et finaliste l'an dernier, aux dépens de la Grecque Maria Sakkari (23e) 6-7 (4), 6-3, 6-2.