2020 NHL All-Star Skills

Crédit : AFP

LNH

«Je ne blâmerai pas Carey» - Pacioretty

Journal de Montréal / Jean-François Chaumont

Publié | Mis à jour

Max Pacioretty a marqué 30 buts ou plus à cinq reprises dans l’uniforme du Canadien. Il a aussi porté le «C» sur le gilet de l’équipe pendant trois saisons, soit de 2015-2016 à 2017-2018. Durant ses jours à Montréal, l’Américain n’avait toutefois jamais représenté le CH à un match des étoiles.

À 31 ans, Pacioretty vit cette expérience pour la première fois. Des 20 joueurs qui en sont à une première présence, le représentant des Golden Knights de Vegas est le deuxième plus âgé. T.J. Oshie est le doyen parmi les recrues à cette classique des étoiles, à 33 ans. À la veille du concours d’habiletés sur la glace de l’Enterprise Center à St. Louis, Pacioretty avait un sourire rayonnant.

«Oui, je trouve ça spécial d’y participer, a dit l’ailier gauche à l’auteur de ces lignes. Je suis encore plus heureux de le faire à un âge plus avancé puisque j’ai la chance de partager cet événement avec mes quatre garçons. Les plus vieux réalisent ce qui se passe. Ils sont heureux d’être ici à St. Louis. Je dirais que je vis cette expérience par l’entremise des yeux de mes enfants. Ils sont tellement émerveillés.»

«À notre arrivée à St. Louis, mes gars m’ont demandé où ils pouvaient trouver Connor McDavid et Jack Eichel, a-t-il enchaîné. J’ai expliqué à mes enfants qu’il y avait une seule règle. Ils peuvent demander des autographes à tous les joueurs, mais à notre retour dans l’avion pour rentrer à Vegas, je dois rester leur joueur préféré.»

Même loin de Montréal, Pacioretty a transmis sa passion du hockey à ses fils.

«Mes deux plus vieux jouent au hockey pour la même équipe. À Vegas, il y a une seule catégorie pour les jeunes et c’est pour les 8 ans et moins. Ils jouent trois fois par semaine. Max a juste 4 ans et il se retrouve contre des garçons de 8 ans. Je lui enseigne à ne pas se décourager. Je lui rappelle que son temps viendra.

Il a marqué son premier but récemment. J’espère que c’est le premier de plusieurs.»

La faute à Price !

Pacioretty a fait ses débuts avec le CH lors de la saison 2008-2009. Jusqu’au jour de son échange aux Golden Knights, en septembre 2018, il y a eu sept matchs des étoiles. Durant cette période, Carey Price a reçu cinq invitations, P.K. Subban, deux, alors que Shea Weber, Andreï Markov, Alex Kovalev et Mike Komisarek – oui, Komisarek – ont suivi avec une invitation.

«Je ne blâmerai pas Carey, a répliqué le numéro 67 avec le sourire. Je me retrouvais coincé derrière de bons joueurs à Montréal. À l’époque, j’aurais aimé y participer, mais je suis encore plus heureux de le vivre aujourd’hui. Avant ça, je n’aurais pas eu le bonheur de partager ce match avec mes quatre enfants.»

Plus en paix

À la pause du Match des étoiles, Pacioretty trône au sommet des marqueurs des Golden Knights avec 47 points (21 buts, 26 passes) en 52 matchs. Il a déjà sept points de plus à sa fiche qu’à sa première saison au Nevada.

«Je suis plus en paix aujourd’hui, a expliqué l’ailier originaire du Connecticut. Je ne veux pas avoir des excuses, ça ne fait pas partie de ma personnalité. Mais ce n’était pas facile avant mon départ de Montréal. Durant tout l’été, tout le monde savait le sort qui m’attendait. J’étais pour quitter le Canadien, mais je ne savais pas quand.

«J’avais déjà préparé mes valises et j’attendais de connaître ma destination. Une fois que tu es échangé, tu ressens une certaine libération. Au même moment, il y a aussi un autre travail qui doit s’amorcer. Tu as besoin de déménager, de trouver une nouvelle école pour les enfants, etc.

«J’arrivais aussi à Vegas avec une équipe qui venait d’atteindre la finale de la Coupe Stanley. Tu ne veux pas détruire la chimie au sein du groupe. J’ai aimé l’attitude des Golden Knights. Ils m’ont permis de gagner ma place, je n’ai rien reçu sur un plateau d’argent. Aujourd’hui, je me sens bien et j’ai du plaisir à jouer avec Mark Stone.»