BBA-BBN-BBO-SPO-BBWAA-HALL-OF-FAME-PRESS-CONFERENCE

Crédit : AFP

Baseball - MLB

«J’ai passé de très bons moments à Montréal» -Larry Walker

Publié | Mis à jour

Après une décennie à patienter, l’ancien voltigeur des Expos de Montréal et des Rockies du Colorado Larry Walker a obtenu son billet pour le Temple de la renommée du baseball à sa 10e et dernière année d’admissibilité. Mercredi, l’homme 53 ans était présenté aux médias à New York, en compagnie de l’autre heureux élu Derek Jeter.

Vêtus de chemises couleur crème portant les mots «Hall of Fame», les deux nouveaux intronisés à Cooperstown sont apparus souriants devant les journalistes réunis sur l’île de Manhattan.

«Ça ne fait toujours pas de sens qu’il soit écrit “Temple de la renommée” partout sur moi en ce moment. [...] C’est bien mieux que ma chemise de Bob l’éponge que je portais hier», a blagué Walker, à propos de son accoutrement qui a fait le tour du web, mardi, lors du dévoilement du scrutin.

Maintenant que retombent peu à peu les émotions de la veille, où il a été informé de son adhésion parmi les immortels, Walker s’est exprimé davantage sur ses états d'esprit.

«Tu ne fais pas carrière en pensant que ceci arrivera, a-t-il plaidé, ses propos étant repris par MLB.com. Tu vas sur le terrain, tu te bottes les fesses et tu livres bataille avec tes coéquipiers. Gagner est ce à quoi tu dois penser le plus pendant ta carrière. Quand tout est terminé, je crois que tu prends du recul et que tu peux te permettre de rêver à ce genre de truc. Cet honneur a été offert à un nombre infime de personnes.»

Quelle casquette?

Le récipiendaire de sept Gants d’or a choisi lui-même de parler du choix de la casquette qu’il arborera pour son entrée à Cooperstown. Walker a joué pour trois équipes pendant sa carrière de 17 saisons, mais son cœur penchait entre les Expos et les Rockies.

«Derek n’a pas ce problème, mais moi, je dois choisir avec quelle casquette j’ai envie de faire mon entrée au Temple. [...] J’ai passé de très bons moments à Montréal et ensuite 10 saisons au Colorado, où j’ai fait le plus de dégâts, a-t-il rappelé, notant que Jeter a toujours évolué pour les Yankees de New York. En raison des années que j’ai passées là-bas, je ferai mon entrée avec une casquette des Rockies. Ç’a été une décision difficile, d’autant plus que je suis Canadien.»

Walker devient le premier joueur de l'histoire à être intronisé à titre de porte-couleurs des Rockies. Aucun élu à Cooperstown n'avait même, avant le voltigeur originaire de la Colombie-Britannique, disputé un seul match avec la formation du Colorado.

Jeter sans mots

Contrairement à Walker, dont l’élection au Temple ne s’est jouée que par six voix, Jeter est passé à un seul vote de l’unanimité. La légende des Yankees était très touchée.

«C’est dur d’exprimer ma pensée en mots, a déclaré le quintuple gagnant de la Série mondiale. J’ai dit à tout le monde, non seulement pendant ma carrière, mais aussi lors des cinq dernières années jusqu’à hier, que je n’avais pas envie de parler du Temple par peur d’attirer le mauvais sort.

«C’est un moment d’émotion, un moment de réflexion. Du dur labeur et un grand nombre d’années ont mené à cela. C’est l’honneur ultime.»