Canadiens de Montréal

Séries? Ça tiendrait du miracle

Publié | Mis à jour

Max Domi a trouvé une bonne formulation pour décrire l’immense défi qui attendra le Canadien au retour de la pause du Match des étoiles.

«À notre retour, nous devrons partir à la chasse, a dit le numéro 13. Il faudra gagner beaucoup de matchs et devancer plusieurs équipes.»

À voir, ci-dessus, Tomas Tatar et Carey Price font la différence en tirs de barrage face aux Golden Knights.

Dans le contexte du CH, on parle d’une chasse au gros gibier. Sur le plan mathématique, la bande de Claude Julien a encore des chances de participer aux séries. Mais ça tiendrait du miracle.

Selon le site sportsclubstats, qui calcule les probabilités d’atteindre les séries, le Tricolore à 2,8 % de chances d’atteindre son objectif.

Le site hockey-reference offre un chiffre un peu plus généreux, à 5,6 %. Dans les deux cas, le CH ratera le rendez-vous printanier à près de 95 %.

À l’intérieur du vestiaire, les Tomas Tatar, Carey Price, Ilya Kovalchuk et autres joueurs ont l’intention de défier la logique.

«Quand nous jouons de la bonne façon, nous formons une bonne équipe, a rappelé Tatar. Nous devons devenir plus constants. Ce sera la clé. Nous devrons gagner beaucoup de matchs. Ça ne sera pas facile. Mais il faut y croire.»

«Nous jouons du bon hockey dernièrement, a renchéri Price. Si nous pouvons continuer dans la même direction et que nous réalisons comment nous pouvons obtenir du succès, nous aurons du succès d’ici la fin de l’année.»

Partir sur une bonne note

Après une deuxième série de huit revers d’affilée cette saison, le Canadien a réveillé un soupçon d’espoir en remportant quatre de ses cinq derniers matchs. Au cours de la récente semaine, c’était trois victoires en quatre matchs.

«C’est une belle façon de finir avant de partir en congé et de prendre du repos, a affirmé le capitaine Shea Weber, qui sera l’unique représentant du Canadien au Match des étoiles à St. Louis. Il nous restera beaucoup de travail à accomplir à notre retour.»

«C’est une semaine payante, a dit Tatar. Nous avions besoin de connaître ce type de semaine. Nous savons que la route restera très longue, mais il n’y a rien d’impossible. L’an dernier, les Blues de St. Louis ont prouvé que tout peut survenir.»

«Oui, cette semaine nous procure un élan, a poursuivi l’ailier Nick Cousins. Nous partons dans la bonne direction et nous devrions recevoir du renfort dans les prochaines semaines.»

Il y a l’exemple des Blues qui sert à raviver la flamme. Mais dans un monde plus réaliste, il faut comprendre que cette histoire ne s’écrira pas de nouveau de sitôt.

Des victoires, mais du surplace

Le Tricolore a amassé huit points sur une possibilité de dix à ses cinq derniers matchs, mais cette poussée intéressante ne s’est pas traduite par un bond important au classement général dans l’Association de l’Est. En date du 19 janvier, les «Glorieux» occupent le 12e rang avec 51 points (22-21-7) en 50 matchs.

Le 10 janvier, soit avant la série de quatre victoires en cinq matchs, l’équipe se retrouvait au 13e rang. Ce minuscule gain illustre la difficulté à grimper au classement.

Pour ajouter au défi, le Canadien est aussi la formation qui a joué le plus de matchs cette saison dans l’Association de l’Est. Les Rangers, qui sont au 13e rang, ont quatre rencontres en main, mais un seul point de moins au classement.

En conférence de presse après la difficile victoire de 5 à 4 en tirs de barrage contre les Golden Knights de Vegas, Claude Julien a rappelé que son équipe n’abandonnerait pas. Il s’agit de paroles nobles.

Marc Bergevin aura toutefois un choix important à faire au cours des prochains jours, à savoir s’il se placera en mode vendeur. Malgré les récents succès, il s’agit toujours de la meilleure option.