Crédit : COURTOISIE HUSKIES

LHJMQ

Les Remparts frustrés par le gardien des Huskies

Roby St-Gelais

Publié | Mis à jour

L’effort ne paie pas toujours. Les Remparts de Québec se sont butés au gardien Samuel Richard, samedi soir, s’inclinant par la marque de 4 à 2 aux mains des Huskies de Rouyn-Noranda dans le deuxième affrontement en 24 heures entre les deux clubs à l’aréna Iamgold.  

Richard, un portier de 18 ans, a stoppé 41 des 43 tirs dirigés vers lui pour savourer une première victoire dans la LHJMQ. Il pourra longtemps remercier la fragilité des amarres du vieil édifice qui lui a sauvé un but en fin de troisième période qui aurait pu niveler le score à 3-3. 

La troupe de Patrick Roy a subi un premier revers en temps réglementaire en cinq rencontres. Elle terminera son voyage en Abitibi dimanche après-midi en rendant visite aux Foreurs de Val-d’Or. En vertu de la défaite des Mooseheads d’Halifax à Sherbrooke, les Québécois conservent leur mince emprise sur le huitième rang dans l’Est. 

«C’est dommage de perdre un match de même parce qu’on a largement dominé, surtout en troisième. Il y a eu des moments où on a moins bien joué en deuxième, mais notre gardien [Emerik Despatie] a fait des arrêts clés. Je n’ai pas un mot à dire. C’est du beau hockey qu’on joue présentement et j’espère que ça va continuer», a confié au téléphone le grand patron des opérations hockey des Diables rouges. 

Le capitaine Anthony Gagnon avait créé l’égalité 2-2 à 5 : 59 du troisième vingt, mais Thomas Belzile a inscrit le but décisif quelques minutes plus tard à la suite d’une savante passe transversale de Vincent Marleau. Faible sur le deuxième but des locaux, Despatie s’est ressaisi pour finir la soirée avec 29 arrêts. 

«On a du talent. Je regardais [Théo] Rochette avec [Hunter] Holmes et [Thomas] Caron, et ça patinait. [Cole] Cormier a joué un fort match. Les quatre trios ont bien fait. C’est le genre de performance que j’aime voir et c’est pour ça que ça fait mal de perdre», a reconnu le «33». 

Dubé dans les gradins 

Mécontent de l’attitude de son vétéran Pierrick Dubé qu’il avait cloué au banc en troisième période la veille, Roy a décidé de passer un message à son attaquant de 18 ans en lui faisant regarder cette deuxième rencontre en autant de jours contre les Huskies du haut des gradins. 

Le numéro 72, qui en est à sa troisième campagne dans l’uniforme sanctifié, revendique 11 buts et 13 mentions d’aide, pour 24 points, en 38 rencontres. Il affiche un différentiel de -17. 

«On est une jeune équipe. C’est important pour moi que les joueurs se fassent montrer le bon chemin, et ce, de la bonne façon. Pierrick est dans la ligue depuis deux ans et demi. Il se doit de montrer l’exemple. Avec son langage corporel durant le match, on sera tolérance zéro. On a eu une bonne discussion. Je n’ai aucun reproche à faire sur ses performances et il devrait réintégrer l’équipe demain [dimanche]», a justifié Roy.