LNH

Un match particulier pour trois chevaliers dorés

Philippe Asselin

Publié | Mis à jour

 Le passage au Centre Bell des Golden Knights de Vegas, samedi soir, aura un cachet particulier pour trois joueurs de la formation du Nevada. 

 Les émotions seront au rendez-vous pour Nicolas Roy, Marc-André Fleury sans oublier l’ancien capitaine du Canadien Max Pacioretty. Les trois hommes ne vivront cependant pas le même type d’émoi.  

 Roy réalisera un vieux désir en affrontant son équipe d’enfance, et ce, devant parents et amis. 

 «C’est un rêve de jeunesse. Je regardais toujours les matchs [du Canadien]. D’avoir la chance de jouer un match ici, c’est super plaisant», a dit Roy après l’entraînement des siens, vendredi. 

 À sa première saison dans l’organisation des Goldens Knights, le natif d’Amos fait régulièrement la navette entre la Ligue nationale et la Ligue américaine. 

 Il était évidemment très heureux que son dernier rappel coïncide avec une visite dans sa province natale. 

 Un premier match sans son père 

 Du côté de Fleury, il s’agira d’un moment plus difficile. Le gardien disputera un premier match dans la métropole québécoise sans que son père soit dans les estrades pour l’encourager. 

 Secoué depuis le départ de son paternel en novembre dernier, «Flower» tâche de se concentrer sur son boulot. 

 «Il faut juste trouver une façon de faire le travail, a dit le vétéran de 35 ans. Quand tu viens à l’aréna, tu dois mettre ce que tu as en tête de côté et être prêt pour tes matchs.» 

 Même si son plus grand partisan ne sera pas là, Fleury pourra toutefois compter sur la présence de nombreux proches face au Tricolore. 

 «Le support de mes amis et de ma famille a été très bon. Ça va me faire du bien de les voir», a-t-il exprimé. 

 Un deuxième retour pour «Pacio» 

 Finalement, Pacioretty effectue son deuxième retour dans la ville où il a fait couler tellement d’encre. 

 Attendu de pied ferme par les journalistes, l’attaquant a (encore une fois) tenu à dire qu’il a réellement aimé son passage dans l’organisation du Canadien. 

 «Je ne veux pas me lancer dans le passé et dire des choses négatives, a affirmé l’ancien capitaine du Bleu-Blanc-Rouge. J’ai adoré le temps que j’ai passé ici, mais quand vous [les médias] pensiez que ça allait mal. Ce n’était pas le cas dans mon esprit.» 

 Le choix de premier tour (22e au total) du CH en 2007 a tout de même rappelé à quel point il était bien à Vegas. 

 «Je suis vraiment heureux avec ma situation présentement. Je joue pour une organisation incroyable et j’ai des excellents coéquipiers.»