Canadiens de Montréal

Que faire lorsque Brendan Gallagher reviendra?

Publié | Mis à jour

Ilya Kovalchuk ne ralentit pas. Le Russe a amassé sept points en sept matchs, évoluant le plus clair de son temps avec Phillipe Danault et Tomas Tatar, notamment en raison de la blessure qu’a subie Brendan Gallagher. Mais que se passera-t-il lorsque l’énergique numéro 11 du CH reviendra au jeu. 

Avant tout, Kovalchuk est un marqueur naturel, ce qui manquait cruellement au CH.  

«Si Kovalchuk continue à jouer comme ça, je le laisse avec Danault et Tatar, a souligné l’analyste-hockey de la chaîne TVA Sports Patrick Lalime, vendredi, lors de l’émission Les Partants. Je trouve qu’ils ont développé une belle chimie. On voit dans les derniers matchs les buts qu’ils font; le jeu de Danault à Kovalchuk, hier, et Kovalchuk à Danault contre Chicago. Je trouve qu’il y a une belle chimie qui se développe.  

«En même temps, quand un joueur revient d’une blessure, tu peux lui donner un rôle progressif. Dans le cas de Gallagher, lorsqu’il va revenir, tu peux l’envoyer sur le deuxième trio. Et dans un monde idéal, un joueur comme Gallagher c’est un joueur que tu veux peut-être sur un deuxième trio. C’est un joueur qui a de l’énergie, c’est un joueur qui marque, mais ce n’est pas un naturel. Sur ton premier trio, ça te prend un naturel, ça prend quelqu’un qui fait une différence, un "game changer". Si Kovalchuk continue à mettre de l’intensité comme ça, je le laisserais sur le premier trio.» 

L’attaque du CH pourrait bien être complètement transformée lorsque les joueurs blessés comme Gallagher et Jonathan Drouin, notamment, reviendront au jeu. 

«Armia (NDLR : qui est revenu jeudi face aux Flyers) pourrait se retrouver avec "KK" et Lehkonen, c’est un trio qui a bien fonctionné par le passé. Tu te retrouves avec une belle profondeur. Et Jonathan Drouin qui va revenir. Ça va être plaisant quand tout le monde va être revenu.» 

À voir dans la vidéo ci-dessus où Lalime discute du congédiement de Gerard Gallant et de la frustration du Québécois Mathieu Perreault.