Canadiens de Montréal

Ilya Kovalchuk avec le CH en 2020-2021?

Publié | Mis à jour

Jusqu’ici, Ilya Kovalchuk s’avère une acquisition plus qu’intéressante de Marc Bergevin. Jusqu'à preuve du contraire, il a trouvé une perle rare à rabais.

Le Russe, qui a produit à un rythme d'un point par match après sept rencontres, a été embauché à la mi-saison pour la modique somme de 700 000$. Une entente (à deux volets) qui rapporte gros aux Canadiens de Montréal jusqu'ici, pendant que Jonathan Drouin et Brendan Gallagher sont sur la touche.

À voir, ci-dessus, Claude Julien commente la contribution d'Ilya Kovalchuk.

Peut-on parler d’un «match» parfait qui s’étendra au-delà de la présente saison? Trop tôt pour le dire.

«C’est trop prématuré en ce moment pour qu’on parle d’un contrat», a indiqué à TVA Sports l’agent Pat Brisson, dont la firme représente l'illustre numéro 17. Marc Bergevin, sa priorité c’est d’atteindre les séries éliminatoires.

«Oui les choses vont bien avec "Kovy", mais l’approche c’est au fur et à mesure. Un match à la fois.»

En toute logique, la négociation d’un contrat entre Bergevin et l'agent J.P. Barry dépendra du rendement de Kovalchuk pour la durée de sa mission avec le CH. Rien ne laisse croire que de telles discussions seront précipitées par un camp ou l’autre.

«Ça va bien en ce moment, mais il n’y a pas de "deadline" pour qu’on parle (d’une prolongation de contrat)», a-t-il réitéré.

Un joueur revigoré

Force est d’admettre que Kovalchuk se plait au sein de l'organisation montréalaise, dont il a lui-même vanté les mérites à son arrivée.

Près de deux mois après sa libération des Kings de Los Angeles, l’ailier de 36 ans a immédiatement eu un impact dans le top 6 de l'effectif. Revigoré, il a inscrit trois buts - deux face aux Flyers à Philadelphie, jeudi - et quatre mentions d’aide depuis le début de l’expérience.

L’ex-marqueur de 52 buts, que Brisson qualifie «d’athlète hors pair», est le deuxième attaquant le plus utilisé en moyenne par Claude Julien depuis qu'il endosse le mythique uniforme (19 min 40 s).

«Il est très heureux. C’est très stimulant pour lui à Montréal, raconte Brisson. Ce n’est pas parce qu’il était un joueur fini que ça n’a pas fonctionné pour lui à Los Angeles.»

Un joueur d’impact

Historiquement, Bergevin n'a pas l'habitude de lancer la serviette lorsque son club est exclu du portrait des séries en janvier.

À plus d'un mois de la date limite des transactions dans la LNH, Kovalchuk pourrait bien permettre à son club d’atteindre l’objectif après deux exclusions consécutives.  

Avant d’affronter les Golden Knights de Vegas, samedi, le Bleu-blanc-rouge (49 points) n’était qu’à sept points d’un rang permettant d’accéder aux éliminatoires.

«Ça ne fait que sept matchs qu’il est là. Il veut s’établir pour aider l’équipe à gagner», conclut Brisson.