Crédit : MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Boxe

Alvarez et Seals font le poids

Mathieu Boulay

Publié | Mis à jour

VERONA, New York – Eleider Alvarez et Michael Seals sont fin prêts pour leur duel et ils l’ont prouvé vendredi alors qu’ils ont respecté facilement la limite de poids lors de la pesée officielle du gala de Top Rank présenté à Verona.

Alvarez (24-1, 12 K.-O) a présenté un poids de 174 lb alors que Seals (24-2, 18 K.-O.) a fait osciller la vieille balance de la commission athlétique de la réserve amérindienne d’Oneida à 173,5 lb.

Fait à noter que les deux boxeurs auront la chance de mettre la main sur deux titres mineurs au terme de leur affrontement de 10 rounds: celui du WBC continental des Amériques et celui du WBO intercontinental.

Puis, lors du face-à-face, ce fut respectueux entre Alvarez et Seals. Il y a seulement l’épouse de Seals qui a fait sentir sa présence en criant le nom de son mari à répétition.

Une bonne perte de poids

Contrairement à son dernier combat, la perte de poids s’est bien déroulée pour Alvarez. Ce matin, l’ancien champion du monde WBO des mi-lourds s’est levé avec un poids de 175,9 lb.

Jusqu’à la pesée, son corps a fait le travail. La période de coupe de poids n’a donc pas été trop pénible. Tout le contraire de ce qui s’était déroulé avant son deuxième choc avec Sergey Kovalev au Texas. On peut penser qu’il avait laissé un peu d’énergie lors de cette étape.

On a eu droit au bon vieux Eleider Alvarez. Il était souriant malgré la perte de poids tardive. Une fois qu’il a fini sa pesée, il s’est réfugié dans sa chambre avec son équipe pour se réhydrater et déguster un bon repas.

Prédiction

Il est l’heure d’y aller d’une prédiction. Eleider Alvarez n’a aucune marge de manœuvre dans ce duel s’il souhaite obtenir un autre combat de championnat du monde dans les prochains mois.

Il doit gagner et il doit le faire de façon convaincante. Le Québécois d’origine colombienne doit prouver qu’il fait encore partie de l’élite des mi-lourds. Il doit aussi faire oublier sa mauvaise soirée de travail du 2 février 2019 contre Sergey Kovalev où il avait perdu son titre mondial WBO.

Alvarez a fait du ménage dans sa tête et dans sa boxe depuis cette défaite. Il vient de terminer l’un de ses bons camps d’entraînement. Cependant, il n’a pas boxé depuis 11 mois et il pourrait avoir besoin d’un ou deux rounds pour trouver ses repères.

Pour son adversaire Michael Seals, c’est la chance de sa vie. Il n’a jamais affronté un boxeur de la trempe d’Alvarez depuis le début de sa carrière. Sa principale force est sa puissante main droite qui peut fermer les lumières à n’importe qui.

Toutefois, sur le côté technique, Alvarez lui est supérieur. On peut s’attendre à ce que la crème remonte à la surface. Je vois une victoire d’Alvarez par décision unanime.