SPO-IMPACT-SOCCER-QUEBEC

Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Impact de Montréal

Une entente historique

Publié | Mis à jour

L’Impact et Soccer Québec ont annoncé, jeudi, un partenariat qui va les unir jusqu’en 2026. Cette entente implique l’acquisition à long terme des droits commerciaux et marketing de la fédération québécoise par le Bleu-blanc-noir.

«C’est un partenariat novateur, une entente de collaboration qui est sans égale en Amérique du Nord, une entente avec une équipe professionnelle et la fédération qui gouverne le sport dans sa région», a avancé le président de l’Impact, Kevin Gilmore.

Cette entente vise autant l’aspect technique que le marketing, assure Gilmore.

«Ce n’est pas juste une entente du point de vue technique, c’est aussi une entente marketing puisqu’on a acquis les droits marketing de Soccer Québec pour la durée de l’entente, c’est de l’argent qu’ils vont pouvoir réinvestir dans leurs programmes.»

«C’est une entente historique. Elle permettra de servir mieux que jamais les amateurs de soccer du Québec», a ajouté le président de Soccer Québec, Pierre Marchand.

Talent québécois

L’idée derrière tout ça est de mettre en valeur le talent québécois. Il y a 170 000 joueurs et 20 000 entraîneurs fédérés dans la province.

«J’envisage dans le futur une situation où le Québec se démarque au Canada comme une province qui produit de très bons joueurs et joueuses de soccer», a lancé Gilmore.

«C’est un message qu’on envoie que les joueurs sont sous la loupe et que leur talent sera reconnu. On veut ouvrir la porte pour qu’il y ait un maximum d’opportunités», a renchéri Patrick Leduc, directeur administratif des opérations soccer de l’Impact.

Celui-ci a par ailleurs assuré qu’il ne s’agissait pas d’une manœuvre pour rediriger les meilleurs joueurs du Centre national de haute performance vers l’Académie de l’Impact. Le CNHP est le volet sport-études exploité par Soccer Québec.

Frappant

Kevin Gilmore a rapidement manifesté son intention de se rapprocher de la fédération lorsqu’il est entré en poste, il y a un an.

Mais c’est surtout un match dans la capitale américaine, l’an passé, qui lui a réellement ouvert les yeux.

«On était à Washington contre D.C. United et ça m’a frappé, ils avaient trois Américains sur le XI partant, on avait six Canadiens, dont cinq Québécois.»

Il espère maintenant que ce partenariat va inspirer les jeunes joueurs d’élite québécois à poursuivre leur parcours à la maison.

«On voit souvent des jeunes qui s’en vont en Europe vers 14 ou 15 ans parce qu’ils pensent que c’est la façon de progresser. On veut changer ça.»

Dans le cadre de cette entente, il n’est pas question que l’Impact dicte la marche à suivre à la fédération. C’est même plutôt le contraire.

Formation

«On veut harmoniser nos programmes du centre de détection aux critères du programme de reconnaissance des clubs de la fédération. Nos joueurs proviennent en bonne partie des clubs du Québec, on profite de cette expertise», a expliqué Patrick Leduc.

Il y a toutefois une volonté de la part du club de partager son savoir et son expérience.

«Il y a beaucoup d’efforts qui sont faits par Soccer Québec pour améliorer la formation des entraîneurs, c’est pourquoi on a notamment envoyé Wilfried Nancy et Patrice Bernier lors du dernier stage de formation des entraîneurs», a ajouté Leduc.