Crédit : Dominic Chan / Agence QMI

LHJMQ

Un mois de fou pour Dawson Mercer

Kevin Dubé

Publié | Mis à jour

Dawson Mercer a été échangé aux Saguenéens de Chicoutimi le 6 janvier, mais ce n’est que mardi qu’il a enfilé l’uniforme bleu et blanc pour la première fois. Il faut dire que les dernières semaines ont été un feu roulant pour l’attaquant de Bay Roberts, sur l'île de Terre-Neuve.

Après le Championnat mondial de hockey junior, Mercer a pris quelques jours pour retourner chez lui, où il en a profité pour renouer avec famille et amis et même assister à quelques matchs de hockey locaux où on l’a honoré.

Maintenant, le voici à Hamilton dans le cadre du Match des meilleurs espoirs de la LCH ce jeudi soir et, dès vendredi, il prendra la route de Chicoutimi pour y disputer son premier match avec les Sags.

Le lendemain, direction Drummondville pour y récupérer ses effets personnels et dire un dernier au revoir aux membres de l’organisation ainsi qu’à la famille de Denis Gauthier, chez qui il a vécu pendant deux ans et demi.

«J’aime être occupé. Je pense que chaque joueur de hockey veut vivre ça. J’essaie de profiter de chacune des expériences que je vis et d’apprendre le plus possible», a mentionné le sympathique joueur de centre de 18 ans.

Heureux d’être un Saguenéen

L’idée de jouer avec les Saguenéens, assurément l’une des équipes favorites pour remporter les grands honneurs cette année, motive grandement Mercer.

«L’an dernier a été une année excitante pour nous à Drummondville. On avait une équipe pour gagner la coupe et de ne pas avoir réussi à atteindre cet objectif fait en sorte que je veux encore plus le faire cette année. D’avoir une autre chance de gagner est spécial pour moi et j’espère pouvoir en profiter.»

Il ne cache pas toutefois que lorsque viendra le temps de quitter Drummondville pour de bon, il aura un pincement au coeur.

«J’ai adoré Drummondville et je n’ai jamais voulu quitter cette ville. Par contre, les cycles du hockey junior font qu’il y a des transactions et je savais que c’était une possibilité. Maintenant, je suis fier de me retrouver avec les Saguenéens.»