JiC

Kevin Gilmore prudent au sujet de l’avenir d’Ignacio Piatti

Publié | Mis à jour

Le président de l’Impact de Montréal, Kevin Gilmore, a pesé ses mots, jeudi, lorsqu’il a été interrogé au sujet de l’avenir d’Ignacio Piatti avec le club.

L’Impact s’est prévalu de son option pour la saison 2020 au contrat du capitaine argentin, à l’automne dernier, et c’est avec un moral plus ou moins convaincant que l’ailier s’est présenté au camp d’entraînement, il y a deux jours, après avoir été au cœur de différentes rumeurs de transfert dans les semaines précédentes.

Est-ce que «Nacho» est heureux d’être de retour en ville? Aura-t-il encore envie d’offrir le genre de performances auxquelles les partisans de l’équipe sont habitués?

Pour le président, qui était de passage à «JiC», il n’y a pas lieu de douter de tout ça.

«L'aspect "heureux et déterminé à gagner", c'est un fait acquis, a-t-il lancé. Nacho est un professionnel qui a vécu beaucoup de frustration, l'année passée, avec sa blessure. Le fait qu'il était incapable de jouer un rôle significatif dans le rôle du club, il l'a ressenti.»

Gilmore a cependant marché sur des œufs lorsqu’il a dû s’exprimer sur la possibilité de voir Piatti quitter l’équipe avant la fin de la saison 2020. En fait, il n’a rien confirmé.

«Je laisse à Olivier (Renard, directeur sportif) et Thierry (Henry, entraîneur-chef) de s'assurer qu'on a le meilleur club sur le terrain, a-t-il résumé. Tant que Nacho va être ici, il va être heureux et va jouer comme un vrai professionnel.»

Le recrutement avance

Gilmore n’est pas en charge du recrutement chez l’Impact, mais il va sans dire qu’il est bien au courant des tractations menées par Renard. Si l’équipe amorce ces jours-ci son camp d’entraînement avec quelques trous dans son effectif, cette situation ne devrait pas durer, a-t-il laissé entendre.

«Il y a certains trous pour lesquels ça va prendre plus de temps, question de jours, mais qui vont se remplir avec des joueurs qui entrent vraiment dans le giron de ce qu'on veut instaurer dans l'effectif», a expliqué le président de l’Impact.

L’équipe doit composer avec toute sorte de contraintes, que ce soit au niveau de la ligue ou des clubs avec lesquels elle négocie, qui ralentissent le processus dans le cas de certaines acquisitions potentielles.

Une alliance «naturelle»

Gilmore est également revenu sur cette alliance entre l’Impact et Soccer Québec annoncée plus tôt en journée, jeudi.

«C'est naturel pour nous de se rapprocher d'eux pour être capable, vraiment, de travailler ensemble au bénéfice de tous les joueurs et joueuses de soccer au Québec, qui éventuellement, peut nous mener à une province qui produit de très bons joueurs», a-t-il résumé.

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.