Impact de Montréal

Crédit : Pierre-Paul Poulin / JdeM

Impact de Montréal

Une course entre les gardiens de l’Impact

Publié | Mis à jour

Si vous pouvez dire qui sera le gardien de l’Impact de Montréal au premier match de la saison, on vous suggère de vous acheter un 6/49.

On aura droit à une bataille entre Evan Bush, le titulaire depuis belle lurette, et Clément Diop, qui lui a chauffé les fesses en fin de saison, l’an passé.

Thierry Henry n’a pas permis de démêler tout ça lors de son premier point de presse, mardi.

«En général, tout le monde part de zéro. Ma philosophie est que même ce que tu as fait la veille, tu dois le faire le lendemain. Je sais qu’il y a un débat des gardiens. Celui qui mérite de jouer jouera.»

Autant Bush que Diop s’attendent à se retrouver dans une lutte pour obtenir les premières minutes de la saison.

«On n’a pas encore eu de discussions, mais je présume que ça sera une course. Il faut voir ça comme une compétition, c’est ce que je fais depuis une dizaine d’années», a convenu Bush.

Diop, qui a signé une nouvelle entente avec l’équipe pendant l’entre-saison, est revenu même s’il n’a eu aucune promesse.

«On ne m’a pas donné de garantie particulière. Je suis là pour travailler, prendre le plus de plaisir possible et progresser. On verra ce qui va se passer.»

Respect et plaisir

Diop a indiqué que la présence de l’entraîneur des gardiens Rémy Vercoutre a joué un rôle important dans sa décision de revenir.

Il a de plus ajouté que malgré la compétition qui se dessine, l’environnement demeure très sain.

«On s’attend toujours à avoir de la concurrence. Du moment que ça se fait dans la bonne humeur et le respect, il n'y a aucun problème.

«On est tous professionnels, on est tous des grands garçons, on a très bien travaillé ces deux dernières années, il n'y a pas de raison que ça change.»

Nouveau départ

Bush a vu une séquence de plus de 60 départs en MLS prendre fin quand Diop a obtenu les deux derniers départs de la saison l’an passé.

Les deux hommes sentent tout de même qu’ils doivent un peu tout recommencer avec l’arrivée d’un nouvel entraîneur.

«Je ne sais pas si c’est à refaire, mais je dois rester sur la lancée sur laquelle j’étais et il faut que je travaille encore plus dur. Ce n’est pas moi qui fais les choix», a avancé Diop.

«D’une certaine façon, on repart avec une feuille vierge, mais pas complètement. Il y a de l’analyse vidéo qui se fait et les choses changent d’année en année et de semaine en semaine. Je ne m’en fais pas trop», a ajouté Bush.