LNH

Marc-André Fleury complètement abattu

Publié | Mis à jour

Marc-André Fleury se sent coupable du congédiement de l’entraîneur-chef Gerard Gallant et de son adjoint Mike Kelly.

Le gardien des Golden Knights de Vegas semblait abattu devant les journalistes, mercredi, lui qui a le sentiment d’avoir laissé tomber les deux hommes.

«Je suis fâché contre moi-même d'avoir laissé ça se produire. C’est difficile pour l’équipe de coûter l’emploi d’un entraîneur. Ils [Gallant et Kelly] ont toujours été honnêtes avec nous et très respectueux. Tu n’entendras jamais quoi que ce soit de négatif à propos d’eux.»

Fleury vit des moments difficiles par les temps qui courent, lui qui est éprouvé par le décès de son père. Son rendement est en baisse cette saison, comme en témoigne son taux d’efficacité de ,906.

«C’est un rappel à l’ordre pour tout le monde, je crois, a évalué Fleury. Évidemment, c’est plus facile de remplacer deux entraîneurs que 15 joueurs. Je crois que nous devons saisir le message et renverser la vapeur.»

En dépit des ennuis de leurs gardiens de but, les Golden Knights faisaient très bonne figure dans plusieurs départements, comme les chances de marquer et l’indice Corsi, ce qui soutient l’incompréhension générale des amateurs par rapport au congédiement de Gallant.

Choix surprise

Tant le congédiement de l’entraîneur-chef que l’identité de son remplaçant avait de quoi étonner les joueurs des Golden Knights.

C’est que le nouvel homme aux commandes, Peter DeBoer, a été impliqué dans une rivalité plutôt intense avec la formation du Nevada lorsqu’il pilotait les Sharks de San Jose.

«C’était un peu une surprise lorsqu’on a entendu l’annonce pour la première fois, a avoué Fleury, qui dit toutefois en savoir peu sur son nouvel entraîneur. Mais Pete a beaucoup d’expérience. Son équipe a été impliquée dans de bonnes batailles avec la nôtre lors des deux dernières années. Mais c’est du passé maintenant qu’il fait partie de notre équipe. Nous devons tirer le meilleur de cette situation.»

Voyez le point de presse de Marc-André Fleury dans la vidéo ci-dessus.