Canadiens de Montréal

Claude Julien ne se remet pas en question

Publié | Mis à jour

Claude Julien a lancé un message à Max Domi en le clouant au banc au cours de la deuxième période, mercredi soir, contre les Blackhawks de Chicago. Et il lui en a envoyé un deuxième après le match, devant les journalistes.

La mauvaise pénalité écopée par Domi, qui rudoyé Matthew Highmore à l’écart du jeu, a mené au troisième but des Blackhawks de Chicago dans la défaite de 4-1 des Canadiens de Montréal.

«J’ai fait ce que j’avais à faire, a justifié Julien en faisant allusion à la pénitence de l’attaquant. C’est aussi simple que ça. Quand tu prends une punition comme ça, il y a des conséquences...»

Le journaliste de Sportsnet Eric Engels a plus tard relancé l’entraîneur-chef en lui demandant s’il avait songé à donner à Domi une chance de se racheter vers la fin du deuxième engagement, lorsque le CH a obtenu un avantage numérique. Mais Julien n’en démordait pas.

«Je n’ai pas à m’expliquer davantage. Ce n’est pas la première fois qu’il écope d’une mauvaise pénalité. Parfois, le message envoyé est plus important que la situation présente. Peu importe celui qu’on envoie à la place de Max, ce n’est pas important. Max n’est pas le gars qui va tout le temps marquer des buts. L’avantage numérique se joue en unité de cinq.»

Voyez le point de presse de Claude Julien dans la vidéo ci-dessus.

Domi repentant

Domi a respecté la décision de son patron de le laisser sur le banc pendant une demi-période après son écart de conduite.

«J’ai regardé la reprise et c’était bien une pénalité. C’est malheureux qu’ils aient marqué en supériorité numérique. Tu ne peux pas faire ça, particulièrement présentement», a commenté le numéro 13 après le match, dans le vestiaire.»

«C’est la décision de l’entraîneur. Tu ne peux pas te permettre de faire ça. On a laissé tomber notre gardien sur quelques buts. Tu ne veux pas faire ça. Nous voulions faire mieux pour lui.»

Plutôt discipliné en début de saison 2019-2020, ce qui était contraire à ses habitudes, l’attaquant du Tricolore a retrouvé ses mauvais plis et totalise désormais 35 minutes de pénalité en 48 matchs.