Canadiens de Montréal

«Ça m'a ouvert les yeux» - Cole Caufield

Publié | Mis à jour

Le jeune espoir des Canadiens de Montréal Cole Caufield connaît une excellente première campagne sous les couleurs des Badgers de l’Université du Wisconsin. Toutefois, le jeune homme de 19 ans, de son propre aveu, n'a pas atteint les attentes placées en lui lors du dernier Championnat du monde de hockey junior, sous les couleurs américaines.     

En effet, les États-Unis ont été éliminés par la Finlande lors des quarts de finale de la prestigieuse compétition. Au final, Caufield n'a amassé que deux points, dont un but, en cinq rencontres.          

«Ç’a été un peu plus difficile que ce à quoi je m’attendais, a confié Caufield, mardi après-midi, lors de l’émission Les Partants sur les ondes de TVA Sports. Tu ne peux pas avoir du succès tout le temps et je pense que ç’a été bien pour moi. Ça m’a ouvert les yeux un peu et je continue à travailler fort chaque jour.     

«C’est un bon tournoi et il y a beaucoup de bonnes équipes. J’aurais aimé en faire plus et je pense qu’il y a plus en moi que ce que j’ai prouvé. Je veux devenir meilleur chaque jour et prouver aux gens que je mérite d’être là et que je peux être un grand joueur.»     

À Montréal d'ici la fin de la saison?  

Certains joueurs provenant des rangs universitaires américains font le saut dans la LNH lorsque leur saison se termine. Ce fut notamment le cas pour les défenseurs Cale Makar (Avalanche) et Quinn Hughes (Canucks) l’an dernier. Hughes avait disputé les cinq derniers matchs de son équipe et Makar avait amorcé sa carrière professionnelle en séries éliminatoires.     

Toutefois, ces deux joueurs venaient de compléter leur deuxième saison universitaire. Caufield, lui, est un joueur de première année avec les Badgers. Mais ses statistiques de 13 buts et neuf aides en 20 duels sont loin de refléter son statut de recrue.     

Alors, enfilera-t-il l’uniforme bleu-blanc-rouge cette saison?     

«Je n’ai toujours rien exclu, a souligné Caufield. Évidemment, je veux être le mieux préparé et être prêt pour jouer, peu importe quand. Je pense que je me suis mis dans une telle position. Il n’y a pas de mal à prendre son temps et ne pas se dépêcher, car tu veux être efficace lorsque tu y arrives. Pas besoin d’accélérer le tout. Je veux me préparer et j’ai en tête de jouer l’an prochain.     

 «[...] Il y a beaucoup de temps. J’essaie d’être meilleur chaque jour pour que ça arrive. Plusieurs choses peuvent arriver. Je dois m’améliorer et être prêt pour ces situations. La balle est dans mon camp.»     

À voir dans la vidéo ci-dessus dans laquelle Caufield parle de son entraîneur Tony Granato ainsi que de sa vie à l’université.