World Series - Houston Astros v Washington Nationals - Game Four

Crédit : AFP

Baseball - MLB

Énormes sanctions contre les Astros

Agence QMI

Publié | Mis à jour

Le directeur général des Astros de Houston, Jeff Luhnow, et l’entraîneur AJ Hinch ont tous deux été suspendus un an par le baseball majeur (MLB), puis congédiés par le propriétaire du club Jim Crane, lundi, relativement au scandale de tricherie par vol de signaux dont est accusée l’équipe.

Après une longue enquête sur les gestes de l’équipe finaliste de la dernière Série mondiale, la MLB a dévoilé une impressionnante liste de sanctions à l’endroit de l’équipe texane. Luhnow et Hinch devaient donc être à l’écart des activités de l’équipe pour toute l’année 2020 et ne pas recevoir de salaire. Cependant, Crane a réglé leur cas quelques minutes après l'annonce de ces pénalités en leur montrant la porte de sortie.

«J’ai de plus hauts standards pour la ville et l’organisation, et j’irai au-delà de la décision de la MLB en congédiant AJ Hinch et Jeff Luhnow, a évoqué Crane au début de sa conférence de presse. Nous devons évoluer en faisant table rase et les Astros deviendront une organisation plus solide grâce à cette décision. Vous pouvez être assurés que nous prendrons les bonnes décisions et que cette situation ne se produira plus tant que je serai en poste.»

«Quand j’ai su, j’étais vraiment déçu. Nous n’avons pas envie d’être une équipe qui est reconnue pour tricher et nous acceptons les conséquences. [...] Aucun des deux n’a implanté ce système, mais ils n’ont rien fait pour y remédier», a poursuivi Crane, qui ajoute toutefois que les deux hommes ont aussi apporté beaucoup de positif à l’organisation.

Des mesures significatives

De plus, les Astros perdent leurs choix de premier et de deuxième tour pour les repêchages de 2020 et de 2021 de la MLB. Finalement, l’équipe a reçu une amende de 5 millions $, le montant maximum permis par la convention collective de la ligue.

«J’en ai conclu que la conduite des Astros et de leurs opérations baseball méritait des mesures disciplinaires significatives, a déclaré le commissaire de la MLB, Rob Manfred, dans un manifeste de neuf pages. Cette décision est basée sur l’avis urgent émis en septembre 2017, selon lequel je les tenais responsables de violations envers nos règles sur le vol de signaux. Les individus concernés n’ont apporté aucun changement pour assurer que les joueurs du club et le personnel s’ajustent durant les séries éliminatoires de 2017 et la saison régulière de 2018.»

«La conduite décrite ci-haut a fait en sorte que les amateurs, les joueurs, les dirigeants des autres équipes de la MLB et les membres des médias se questionnent désormais sur les agissements des Astros depuis ce moment. S’il est impossible de déterminer si cette conduite a eu un impact sur le terrain, la perception qu’on en tire est hautement dommageable pour le sport.»

Taubman et Cora aussi impliqués

L’ancien adjoint au directeur général des Astros Brandon Taubman a aussi été suspendu un an, lui qui se retrouvait déjà sans emploi en raison des commentaires désobligeants qu’il avait faits lors des plus récentes séries. Après une victoire des siens, Taubman avait vanté les exploits du controversé lanceur Roberto Osuna devant trois femmes portant le bracelet mauve de la sensibilisation à la violence conjugale; en 2018, Osuna avait été suspendu pour 75 parties par le baseball majeur, après des allégations de violence envers la mère de son enfant de 3 ans.

L’actuel gérant des Red Sox de Boston, Alex Cora, qui était, au moment des faits, l'instructeur au banc des Astros, est aussi évoqué par les conclusions de l’enquête. S’il n’est pour l’instant visé par aucune suspension ou amende, le rapport reconnaît l’implication de Cora dans l’élaboration du système de vol de signaux. Crane, lui, a confirmé qu’aucun joueur ne serait visé par des sanctions.

Pour mener à bien leur enquête, les officiels du baseball majeur ont passé 60 témoins en entrevue, notamment des joueurs, des membres du personnel et des employés de bureau qui étaient avec l’équipe en 2017. En outre, plus de 70 000 courriels ont aussi été passés au peigne fin.