Patinage

Charles Hamelin n’en veut pas à Steven Dubois

Publié | Mis à jour

Charles Hamelin s’est fait voler la vedette par son jeune coéquipier Steven Dubois à la Coupe des quatre continents de patinage de vitesse courte piste, le week-end dernier, à l’aréna Maurice-Richard de Montréal. 

Dimanche, il était en bonne position au 1000 m pour obtenir sa première médaille de la fin de semaine. Mais un dépassement à la fois audacieux et spectaculaire de Dubois dans l’avant-dernier tour l’a fait reculer en quatrième place. 

• À lire aussi: Steven Dubois fait le plein de médailles et de confiance

• À lire aussi: Deux fois l’argent pour Steven Dubois

Même si selon Hamelin ce genre de dépassement ne devrait pas se produire, il n’en veut pas à Dubois. 

«En tant qu’athlète, je veux toujours gagner ou monter sur le podium. Ce sont des choses qui arrivent. C’est plate que ce soit Steven. Si ça avait été un autre patineur, ça aurait été la même chose. C’était un dépassement dangereux qui n’est pas nécessaire dans une course lorsqu’il reste un tour», a-t-il soutenu en entrevue à l’émission matinale de TVA Sports, Les Partants, lundi. 

«C’est ça le courte piste : ça permet des dépassements plus osés, a poursuivi Hamelin. J’ai été fâché pendant environ une minute, mais pas plus que ça. On s’est reparlés à tête reposée et tout est correct. Steven reste un coéquipier et un bon ami. 

«Il s’est excusé sur la glace tout de suite après la course. Je savais qu’il se sentait mal. Je me serais senti mal moi aussi à sa place. Ce que je n’ai pas aimé et qui m’a fâché, c’est que, personnellement, je n’aurais même pas essayé de dépasser un autre Canadien de façon aussi osée.»

Plus tard dans la journée, les deux Québécois ont même uni leurs forces à celles de Cédrik Blais et de Pascal Dion pour décrocher l’argent au relais.

Par ailleurs, Hamelin juge être à 90% de sa forme optimale. 

«Je ne voulais pas peaker aux Quatre Continents. Mon objectif était de prendre de la confiance et d’essayer des choses pour la suite de la saison. C’est mission accomplie.»