LNH

«Ce que je n’avais pas en talent, je l’ai comblé par le travail»

Publié | Mis à jour

On calcule qu’un jeune joueur de hockey québécois a moins de 1% de chances d’un jour évoluer dans la Ligue nationale de hockey.

Imaginez à quel point les probabilités sont minimes pour un représentant de la Belle Province qui n’est pas, le moment venu, repêché par une formation du circuit Bettman.

Mais le Lévisien Mathieu Olivier n’est pas du genre à porter attention à ce genre de chiffres. Heureusement!

Jamais repêché, l’imposant gaillard de 6 pieds 1 pouce et 222 livres a su, l’an dernier, attirer l’attention des Admirals de Milwaukee dans la Ligue américaine de hockey.

Pourtant, ses statistiques dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec n’avaient rien d’exceptionnel : Olivier n’est jamais parvenu à récolter plus de 50 points en une saison.

C’est plutôt en redoublant d’ardeur et en se créant sa propre identité que le droitier est parvenu à faire tourner des têtes.

«Ce que je n’avais pas en talent, je l’ai comblé par le travail», a-t-il laissé entendre dans un entretien avec le TVASports.ca.

Le 19 novembre dernier, Olivier confond tous les sceptiques, enfile l’uniforme des Predators de Nashville et dispute son premier match dans la Ligue nationale.

Voyez, dans la vidéo ci-dessus, le fantastique parcours de Mathieu Olivier vers l’atteinte de son rêve : évoluer dans la LNH. Un reportage d'Anthony Martineau.