Alouettes de Montréal

«Arrange-toi pour que ça marche!»

Publié | Mis à jour

Le propriétaire des Alouettes Gary Stern a décidé d’embaucher Mario Cecchini et Danny Maciocia, car ils lui ont été référés par plusieurs personnes. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a fait plusieurs heureux.

«Le mandat est très clair et comme je les aime: arrange-toi pour que ça marche ! Il faut rendre les partisans heureux d’abord. On souhaite rendre la communauté fière et on souhaite la faire vibrer toujours plus.»

Voyez le reportage de Nancy Audet dans la vidéo, ci-dessus.

Cecchini aura la lourde tâche de ramener les amateurs au Stade Percival-Molson, mais aussi de rebâtir les relations qui ont été amochées avec les compagnies montréalaises et québécoises au cours des dernières années.

«Nous voulons maximiser les revenus, a-t-il ajouté. Notre relation avec la communauté est un élément très proche de mon coeur.»

Il a posé les bases de son premier projet qu’il souhaite réaliser: mettre tous les employés des Alouettes sous un même toit au cours des deux prochaines années.

«C’est une priorité qui est très claire avec Gary (Stern), a souligné Cecchini. Unir tous les gens sous un même toit, ça veut dire trouver un terrain et avoir un terrain d’entraînement à proximité.»

«Plus qu’un enjeu ou un souhait, c’est une priorité. C’est primordial pour 1000 raisons.»

Cecchini veut être un président discret. Il n’a pas l’intention de se mêler des questions de football sauf si la situation le demande. Il veut que Khari Jones et Danny Maciocia soient à l’avant-scène dans ce département.

Un passionné de football

Cecchini est bien connu dans le milieu des médias dans lequel il a occupé plusieurs postes de direction depuis 1984. Toutefois, on ne savait pas qu’il était un passionné de football.

«J’aime tout de ce sport, a mentionné le Québécois. Mon père nous a quittés en 2006 et on avait commencé à écouter des matchs ensemble.»

«Je me rappelle des conquêtes de la Coupe Grey des années 70. Je suis devenu un amateur après l’Immaculate Reception en 1972 alors que j’avais 8 ans. Dès que j’ai pu prendre le métro seul, j’assistais presque à chaque match au Stade olympique.»

«Pour moi, les Alouettes, c’est Gabriel Grégoire, c’est Junior Ah You, c’est Gerry Dattilio. Depuis quatre ans, je n’ai pas raté un jeu.»

Les Alouettes comptent maintenant trois passionnés au sein de leur organigramme avec Cecchini, Maciocia et Jones. Si le gâteau peut lever avec ces trois hommes, on assistera à la renaissance tant attendue de la formation montréalaise.