Divisional Round - Houston Texans v Kansas City Chiefs

Crédit : AFP

NFL

Texans-Chiefs : Tout un spectacle!

Publié | Mis à jour

Il ne faut jamais compter les Chiefs pour morts, même quand ils tirent de l’arrière par 24 à 0 au milieu du deuxième quart. Leur attaque destructrice a pris les choses en main, inscrivant des touchés sur sept possessions consécutives, en route vers la finale de la conférence américaine en vertu d’une victoire de 51 à 31 aux dépens des Texans.

Jamais dans l’histoire de la NFL, qui célèbre ses 100 ans, une équipe n’avait accusé un tel retard pour ensuite retraiter au vestiaire à la demie avec une avance de 28 à 24.

Pour donner une idée de l’ampleur de l’exploit des Chiefs, la fiche des équipes depuis 10 ans à travers la ligue qui ont accusé un retard d’au moins 21 points en première demie d’un match de saison ou de séries était de 12 victoires... et 169 défaites!

Malgré le ravin dans lequel ils étaient plongés, les Chiefs ont inscrit leurs quatre premiers touchés en 9 min 11 s au deuxième quart, dont trois sur des passes de Patrick Mahomes à l’ailier rapproché Travis Kelce (10 réceptions, 134 verges), pour prendre une avance qu’ils n’ont plus jamais laissée filer.

Mahomes est devenu, à 24 ans, le plus jeune quart-arrière de l’histoire à lancer cinq passes de touché avec plus de 300 verges de gains (321) en séries. Et pendant cette spectaculaire pétarade, le garde québécois Laurent Duvernay-Tardif protégeait le jeune joyau, se trouvant aux premières loges de cette historique remontée.

«C’est probablement le match le plus haut en émotions auquel j’ai pris part dans la NFL en six ans. C’est un moment dont je vais me rappeler longtemps», a-t-il confié au Journal lors d’une entrevue téléphonique.

Toujours en confiance

Pourtant, le match avait débuté de manière catastrophique pour les Chiefs, embourbés dans une tempête de gaffes.

Une erreur de communication en couverture a vite mené au premier touché des Texans, une bombe de 54 verges à Kenny Stills, ce qui s’avérait leur plus long touché aérien de la saison. Quelques instants plus tard, un botté de dégagement bloqué et ramené dans la zone des buts doublait l’avance des Texans. Ceux-ci inscrivaient un troisième touché après un botté de dégagement mal maîtrisé par Tyreek Hill.

«On parle de trois mauvais jeux, et c’était 21-0. On savait exactement ce qui n’avait pas fonctionné et on est restés confiants en nos moyens. Il n’y a jamais eu de panique sur les lignes de côté. À partir de ce moment-là, on a marqué un touché, et c’est fou à quel point le stade s’est réveillé», a témoigné Duvernay-Tardif.

«C’est notre culture de gagnants, a-t-il poursuivi. Depuis que Pat [Mahomes] est là, avec coach [Andy] Reid, on a tellement d’explosivité offensivement avec Tyreek Hill, Sammy Watkins, Travis Kelce, Mecole Hardman... On a tellement d’options qu’on le sait qu’on a tout le temps tout ce qu’il faut pour trouver une manière de gagner. On le sent que les défensives adverses nous craignent.»

Un moment décisif

Pour les Chiefs, le point de salut est venu d’une décision douteuse des Texans. En avance 24-7, ils ont opté pour une feinte de dégagement qui a avorté dans leur zone. Le réveil des Chiefs à la suite de cette bévue adverse fut sauvage et sans merci.

«La feinte de dégagement arrêtée a définitivement été un moment décisif. On a gagné une belle position de terrain pour aller inscrire un autre touché. Après le deuxième touché, on savait que le troisième s’en venait. Puis, le quatrième et le cinquième. Il n’y a jamais eu de doute dans la tête de personne», a commenté le docteur de l’Université McGill.

À un pas du Super Bowl

Dimanche prochain, les Chiefs se retrouveront en finale de conférence pour une deuxième année de suite, cette fois face aux Titans du Tennessee, à Kansas City. Ils sont donc à une victoire d’une première présence au Super Bowl depuis janvier 1970.

«On va se préparer de la même manière qu’on s’est préparé toute la saison. Le fait de jouer à la maison est un avantage énorme. On n’a pas à voyager, à utiliser de cadences silencieuses ou de signaux. Ça nous permet de gagner une fraction de seconde d’extra à chaque jeu contre la défensive», a indiqué Duvernay-Tardif.

L’an dernier, le garde partant avait été contraint d’observer ses coéquipiers sur la touche, lui qui se remettait d’une fracture du péroné. Il aura cette fois l’opportunité de faire la différence, comme partant.

LES ÉTOILES DU JOUR

Patrick Mahomes

Il est devenu rien de moins que le premier quart-arrière de l’histoire avec plus de 300 verges par la passe, 50 verges par la course et cinq passes de touché dans un match en séries. Il a pris les choses en main quand l’attaque en arrachait. Un vrai leader!

Travis Kelce

Jamais un ailier rapproché n’avait inscrit trois touchés en un quart. Kelce a fait oublier son début de match difficile et il a été à la guerre malgré une blessure à la jambe. Ce type est un rouleau compresseur.

Daniel Sorensen

Il est clairement le héros obscur des Chiefs, lui qui a exécuté un plaqué parfait pour faire avorter une feinte de dégagement des Texans, qui menaient alors 24-7. Le jeu a sonné le réveil des Chiefs.

Davante Adams

L’étoile pourrait aussi bien aller à Aaron Rodgers, qui a été d’une précision chirurgicale, mais Adams a offert durant tout le match une clinique sur la façon de courir des tracés parfaits. Il a terminé avec 160 verges et deux touchés.

Preston Smith

Preston Smith et Za’Darius Smith ont métamorphosé le front défensif des Packers cette saison. Preston a réussi un sac clé aux dépens de Russell Wilson sur la dernière séquence offensive des Seahawks, son deuxième du match.

Russell Wilson

Pauvre Wilson! Il a souvent été bien seul chez les Seahawks à se démener et n’eut été de lui, l’équipe n’était pas dans le coup. Il a rallié les siens à cinq points des Packers après avoir tiré de l’arrière par 18. Il a du cœur à revendre.