Lutte

Eddy Auger et les Poudrés d’Hollywood au Temple de la renommée de la lutte au Québec

Eddy Auger et les Poudrés d’Hollywood au Temple de la renommée de la lutte au Québec

Patric Laprade

Publié 11 janvier
Mis à jour 11 janvier

Le Poing : nouvelles et opinions sur la WWE

Trois nouvelles personnes font leur entrée au Temple de la renommée de la lutte au Québec, que j’ai fondé en 2005. Dans la catégorie des Québécois, Eddy Auger y est intronisé, tandis que dans la catégorie des non-Québécois, le choix du comité de sélection, comprenant d’anciens lutteurs, des journalistes, des historiens et des lutteurs actuels, s’est arrêté sur les Poudrés d’Hollywood, Jerry Brown et Dale Roberts.

Eddy Auger, le patriarche de la dynastie des Rougeau

Né Édouard Auger à Montréal le 23 août 1922 et frère d’Albina Auger, la mère de Jean (Johnny) et Jacques Rougeau, Eddy Auger fut le premier de la dynastie Rougeau à enfiler des bottes de lutte. Il avait très bonne réputation. Ayant débuté sa carrière au milieu des années 40, il s’est expatrié aux États-Unis pour y gagner sa vie, alors qu’il luttait de façon régulière dans la région de Détroit.

En 1951, alors qu’un lutteur blessé devait être remplacé, Auger lança un coup de fil à son neveu, Jean, pour qu’il vienne le rejoindre, étant donné qu’il s’était déjà entraîné comme lutteur vers l’âge de 15 ou 16 ans. C’est ainsi que la carrière de Johnny Rougeau a commencé.

Quelques années plus tard, en 1955, c’était au tour de Jacques. C’est dans le sous-sol de Tony Lanza, où on y retrouvait un ring, que le père de Raymond, Jacques Jr., Joanne et Armand débute son entraînement sous les directives d’Auger, qui l’avait convaincu d’essayer la lutte professionnelle.

Auger est dans la jeune trentaine lorsqu’il s’établit au Texas dans les années 50. Il détient déjà une solide réputation comme lutteur, quelqu’un qui, sans être ahurissant, était un bon travaillant dans l’arène. Ce qu’il faisait, il le faisait bien. On disait de lui qu’il était très crédible. S’il lutte sous son vrai nom au Québec, aux États-Unis il devient Pierre Lasalle, un nom plus facile à prononcer pour les Américains. Non seulement avait-il aidé ses neveux, mais Auger aiderait aussi d’autres Québécois à s’établir aux États-Unis, dont Maurice Vachon.

Plus expérimenté que Maurice, les deux font la paire au Texas et c’est pour Maurice une belle façon d’apprendre le métier. Le territoire est grand à couvrir, ce qui permet à Maurice de voyager avec Auger et d’autres lutteurs du temps. C’est donc une belle façon pour un jeune venu d’apprendre et de s’éduquer sur sa profession. Les longs voyages entre les différentes villes du Texas sont propices aux discussions, aux questions et aux renseignements de toute sorte.

«Eddy Auger avait toute la bonté du monde, disait Maurice. Il a aidé tout le monde. Il envoyait des gars au Texas et en Ohio.»

Auger lutte avec Maurice à plusieurs reprises en 1955, si bien qu’ils remportent les titres par équipe de la NWA pour le territoire du Texas, le premier titre de Maurice aux États-Unis. Plusieurs Québécois sont également présents à ce moment au Texas : Tony Baillargeon, de la célèbre famille d’hommes forts, les Amérindiens Don Eagle et son protégé Billy Two Rivers, de même que Johnny Rougeau. Durant ces années, la lutte fonctionne beaucoup par bouche à oreille et par références.

Auger lutte aux États-Unis depuis près d’une décennie et son opinion est respectée par les promoteurs américains. Alors si Auger parle au promoteur de Detroit de Maurice ou à celui du Texas pour Johnny, les chances sont bonnes que ces jeunes loups obtiennent une chance. Maurice voit en Auger un homme bon qui pourrait lui permettre de devenir quelqu’un dans ce milieu. Dans les années qui suivront, Maurice le prendra comme modèle et n’aura aucune crainte à aider son prochain, surtout s’il vient du Québec.

Lorsque Johnny Rougeau ouvre sa promotion de lutte au Québec au milieu des années 60, Auger reviendra dans sa province natale à temps plein. Maintenant dans la quarantaine, son rôle sera de mettre en valeur les plus jeunes. 

«Ceux qui nous ont mis partout en province, c’était Larry Moquin et Eddy Auger», de dire Paul Leduc, sur ses débuts en équipe avec Jos.

Mais lorsque Lutte Grand Prix ouvrira ses portes au début des années 1970, Auger ira lutter pour celui qu’il avait aidé 15 ans plutôt, soit Maurice Vachon. Sans le savoir, son dernier match a eu lieu en septembre 1973 contre Frank Valois. En octobre, ne se sentant pas bien, Auger se dirigea vers l’hôpital. On lui a alors diagnostiqué un cancer du pancréas.

Le 17 décembre, après une courte maladie, Auger décéda à l’âge de 51 ans. Il était tellement apprécié qu’un de ses bons amis, Hans Schmidt (Guy Larose), avait annulé tous ses matchs aux États-Unis depuis deux semaines pour être au chevet de son ami. Schmidt restera d’ailleurs un précieux ami de la famille Rougeau.

Sans avoir été une attraction aux guichets, l’influence d’Eddy Auger au Québec est indéniable et, à elle seule, explique sa présence au Temple de la renommée.

Les Poudrés d’Hollywood, une équipe qui suscitait des réactions

Équipe formée de Jerry Brown et du Canadien Dale Roberts, ils étaient connus aux États-Unis sous le nom des Hollywood Blonds, un nom qui résonne pour certains amateurs, car c’est le nom d’équipe que Steve Austin et Brian Pillman utilisaient à la WCW dans les années 90. Cependant, au Québec, Brown et Roberts sont devenus les Poudrés d’Hollywood, faisant ainsi référence au maquillage que les acteurs portent.

L’équipe avait été créée par Bill Watts en 1970, dans le sud des États-Unis, et a rapidement remporté du succès.

«J’étais devenu partenaire avec Leroy McGuirk pour Championship Wrestling en 1970 et j’ai amené Dale, que j’avais vu à Minneapolis peu de temps avant. Il faisait des jobs, mais je voyais qu’il avait du potentiel. Le partenaire de Jerry Brown s’était blessé et de toute façon nous ne le voulions plus, alors j’ai mis Dale et Jerry en équipe et les Hollywood Blonds étaient créés», explique Watts.

Au début de l’année 1971, ils font leurs débuts à Montréal pour les As de la Lutte de Johnny Rougeau, et le 19 avril, remportent les titres par équipe des mains de Jacques Rougeau et Gino Brito. Mais avec l’arrivée de Lutte Grand Prix en juin 1971, la guerre est maintenant ouverte et plusieurs talents décident de changer de camp, tels que Gino Brito, Dino Bravo, les frères Leduc et les Poudrés.

Si la défection des frères Leduc fut la plus grosse acquisition de Lutte Grand Prix dans cette guerre, l’acquisition des Poudrés en fut une très importante pour le groupe. Voulant faire quelque chose de différent, ils ont ajouté le gérant Sir Oliver Humperdink à leur numéro. Reconnu pour leur incroyable synchronisme, mais surtout pour leur style et leur look flamboyants, ils sont rapidement devenus une équipe qui générait beaucoup de réactions de la part des fans.

En septembre 1971, ils font les frais de la finale du tout premier événement de Grand Prix au Colisée de Québec, face aux frères Vachon, devant 7000 fans. Ils lutteront contre la majorité des équipes babyfaces de l’organisation, telles que les Leduc, Yvon Robert Jr. et Édouard Carpentier, Jean Ferré et Carpentier ainsi que les Indiens, Billy Two Rivers et Johnny War Eagle.

D’ailleurs, en septembre 1972 contre les Leduc, les Poudrés attirent 10 000 personnes au Forum de Montréal. En juillet 1973, lorsque Grand Prix présente le plus gros événement de lutte de l’histoire de la province, au stade Jarry devant 29 127 fans avec en finale Maurice et Kowalski, les Poudrés font la demi-finale face à l’équipe composée d’Édouard Carpentier et de Bruno Sammartino. Champions par équipe, ils perdront les titres en novembre 1973 face à Kowalski et Gilles Poisson, puis quitteront la promotion.

En 1977, Brown et Roberts se séparent. Dans les années 80, Roberts, sous le nom de Buddy Roberts, deviendra le troisième membre du célèbre trio des Fabulous Freebirds avec Michael Hayes et Terry Gordy. En 1986, il reviendra faire un court séjour au Québec pour Lutte Internationale, en équipe avec Hayes. Il avait aussi lutté pour les As de la Lutte sous son vrai nom, Dale Hey, dans les années 1960. Après une longue retraite et plusieurs problèmes de santé, Hey est décédé le 29 novembre 2012.

En 1988, Humperdink reviendra chez nous à titre de gérant de Bam Bam Bigelow pour la WWF. Malheureusement, il nous a quittés en mars 2011 des suites d’une longue maladie. Vivant maintenant une retraite paisible hors du monde de la lutte, Jerry Brown, dans une entrevue avec SLAM! Wrestling, se souvient avec beaucoup de plaisir de ces années à Montréal.

«J’ai adoré Montréal. La foule était vraiment intense et super. Leurs origines latines rendaient les gens vraiment faciles à embarquer. C’était vraiment une ambiance plaisant.»

Voici les autres membres de ce Temple de la renommée, avec l’année où ils ont été intronisés :

Québécois :

Dino Bravo - 2005
Eddy Creatchman - 2005
Rick Martel - 2005
Mad Dog Vachon - 2005
Gino Brito - 2005
Jos Leduc - 2005
Yvon Robert - 2005
Little Beaver - 2005
Pat Patterson - 2005
Johnny Rougeau - 2005
Ronnie Garvin - 2005
Paul Leduc - 2005
Jacques Rougeau - 2005
Jacques Rougeau Jr. - 2005
Raymond Rougeau - 2005
Tarzan Tyler - 2005
Bob Langevin - 2007
Hans Schmidt - 2007
Michel Dubois - 2008
Paul Vachon - 2008
Frenchy Martin - 2008
Pierre Lefebvre - 2008
Sky Low Low - 2009
Vivian Vachon - 2010
Pat Girard - 2010
Michel Normandin - 2011
Frank Valois - 2011
Larry Moquin - 2012
Pierre-Carl Ouellet - 2013
Jack Britton - 2014
Adrien Desbois - 2015
Frères Baillargeon - 2015
Richard Charland - 2016
Gilles Poisson - 2016
Kevin Owens - 2017
Omer Marchessault - 2018

Non-Québécois : 

Abdullah the Butcher - 2006
Édouard Carpentier - 2006
Andre the Giant - 2006
Killer Kowalski - 2007
Don Leo Jonathan - 2007
Buddy Rogers - 2008
Lou Thesz - 2008
Hulk Hogan - 2010
Eddie Quinn - 2010
Ivan Koloff - 2011
The Sheik - 2012
King Tonga - 2013
Sailor White - 2014
Road Warriors - 2015
Billy Robinson - 2015
Bobby Managoff - 2016
Bret Hart - 2017
Jimmy Garvin - 2018

Pionniers : 

George Kennedy - 2014
Eugène Tremblay - 2017

Les Anti-Pods de la Lutte

Kevin Raphaël et moi-même avons enregistré un épisode devant public le 29 décembre dernier. Avec plus d’une centaine de personnes au Collège Letendre de Laval et des invités spéciaux tels que le champion de la ROH PCO, les animateurs de lutte Jean-François Kelly, Stéphane Morneau et Ben Cossette ainsi que les Québécois à NXT Matt Martel et Chase Owens, c’est un épisode que vous ne pouvez manquer.

Matchs de la semaine

1) Kevin Owens, Big Show et Samoa Joe c. Seth Rollins et AOP
2) Rhea Ripley, Toni Storm et Candice LeRae c. Kay Lee Ray, Io Shirai et Bianca Belair
3) Andrade c. Rey Mysterio

Vidéo de la semaine
Brock Lesnar entrera premier dans le Royal Rumble

Résultats rapides

Oklahoma City, Oklahoma

• Le champion des États-Unis Andrade, acc. par Zelina Vega a battu Rey Mysterio
• Les champions par équipe Les Vikings ont défait Luke Gallows et Karl Anderson et les Street Profits
• Erick Rowan a vaincu KJ Orso
• AJ Styles a battu Akira Tozawa
• Drew McIntyre a défait No Way Jose
• Aleister Black a vaincu Shelton Benjamin
• Kevin Owens, Big Show et Samoa Joe ont battu Seth Rollins et AOP par disqualification

Vidéo de la semaine
Finn Balor veut affronter Johnny Gargano à NXT TakeOver : Portland

Résultats rapides
Winter Park, Floride

• Rhea Ripley, Toni Storm et Candice LeRae ont battu Kay Lee Ray, Io Shirai et Bianca Belair
• Imperium ont défait Les Forgotten Sons pour avancer dans la Classique Dusty Rhodes
• Austin Theory a vaincu Joaquin Wilde
• Undisputed Era ont battu Gallus pour avancer dans la Classique Dusty Rhodes
• Mia Yim a battu Kayden Carter
• Keith Lee a défait Cameron Grimes, Damian Priest et Dominik Dijakovic

Vidéo de la semaine
Voici le compte rendu de ce qui va se passer ce dimanche à NXT UK TakeOver : Blackpool II :

 

Vidéo de la semaine
Daniel Bryan reçoit un curieux cadeau de Bray Wyatt

Résultats rapides
Evansville, Indiana
• Le Miz, acc. par John Morrison a battu Kofi Kingston, acc. par Big E
• Mandy Rose, acc. par Sonya Deville a défait Alexa Bliss, acc. par Nikki Cross
• Braun Strowman a vaincu Shinsuke Nakamura, acc. par Cesaro et Sami Zayn
• King Corbin et Dolph Ziggler ont battu Les Usos par disqualification

Événement spécial, dimanche le 12 janvier, sur la chaîne de la WWE.

Carte confirmée pour NXT UK TakeOver Blackpool II :

• Le champion NXT UK Walter c. Joe Coffey
• Les champions par équipe NXT UK Gallus c. Imperium c. Grizzled Young Veterans c. Mark Andrews et Flash Morgan Webster dans un match d’échelles quadruple menace
• La championne féminine NXT UK Kay Lee Ray c. Piper Niven c. Toni Storm dans un match triple menace
• Trent Seven c. Eddie Dennis
• Tyler Bate c. Jordan Devlin

Ceci complète le tour d’horizon à la WWE pour cette semaine.

Ne manquez pas la lutte WWE Raw, à l’antenne de TVA Sports, tous les mercredis en fin de soirée avec Kevin Raphaël et moi-même, Patric Laprade. Pour plus de détails sur l’heure de diffusion et sur les rediffusions, consultez la grille horaire (https://www.tvasports.ca/television/grille-horaire) de TVA Sports. De plus, ne manquez pas notre baladodiffusion sur QUB Radio à toutes les deux semaines, disponible sur iTunes, Google Play, Spotify et Stitcher.

Pour me joindre, vous pouvez le faire via mon adresse courriel au patric_laprade@videotron.ca, sur Facebook à (www.facebook.com/patlaprade) ou sur Twitter (www.twitter.com/patlaprade) avec l’aide du mot clic #LutteTVASports

Sur ce, je vous dis à la semaine prochaine, c’est un rendez-vous!