Edmonton Oilers v Montreal Canadiens

Crédit : AFP

Canadiens de Montréal

La pire séquence en 80 ans?

Publié | Mis à jour

Neuf fois au cours de son histoire le Canadien a traversé une séquence de neuf rencontres au cours de laquelle il a amassé un point ou moins. Advenant un revers en temps réglementaire, samedi soir à Ottawa, le Tricolore connaîtrait cette sécheresse pour la première fois en 80 ans.

Non, l’histoire du Canadien ne fut pas toujours glorieuse. Avant les premiers coups de patin du Rocket (à l’automne de 1942), l’invention de la ligne rouge (1943-1944) et l’arrivée de Frank Selke au poste de directeur général (1946), dont le système de filiales allait permettre à l’équipe d’avoir la main mise sur une vaste portion du bassin des joueurs les plus talentueux, le Bleu-Blanc-Rouge a connu sa large part d’années de vaches maigres.

La saison 1939-1940 en fut l’un des meilleurs exemples. Cet hiver-là, le Canadien encaissa 33 revers dans une saison qui comptait 48 matchs (10-33-5). De ses 10 victoires, six furent acquises au cours des 10 premières joutes de la saison.

Voilà qui explique mieux pourquoi deux fois au cours de cette campagne misérable, il connut une séquence de neuf rencontres au cours de laquelle il récolta un point ou moins.

La misère noire

Du 16 décembre au 6 janvier, la troupe dirigée par Alfred «Pit» Lépine encaissa neuf revers consécutifs en temps réglementaire. Trois jours et une victoire plus tard, l’équipe du capitaine Walt Buswell et du vétéran Hector «Toe» Blake rencontra un autre creux de vague.

Au cours des 10 matchs suivants, elle baissa pavillon à neuf occasions. Leur seul point de classement fut amassé lors d’un verdict nul de 2 à 2 face aux Americans de New York, grâce à des buts inscrits par Charlie Sands et Marty Barry dans la seconde moitié du troisième engagement.

Malgré quelques autres périodes creuses, le Canadien n’a jamais connu pareille déconfiture depuis.