Canadiens de Montréal

Carey Price exaspéré

Publié | Mis à jour

Le gardien des Canadiens Carey Price est apparu mentalement fatigué par les défaites qui s’accumulent depuis deux mois, vendredi, en marge de l’entraînement de l’équipe. 

Le portier de 32 ans, qui accordait un rare point de presse dans ces circonstances, n’avait plus de réponses à donner aux journalistes qui tentaient, tant bien que mal, de lui soutirer une réponse apportant un nouvel éclairage au marasme dans lequel s’enlise le Tricolore. 

Price avait déclaré, il y a quelques jours, avoir dépassé le point de la frustration après une défaite. Il n’a pas trop voulu revenir là-dessus, vendredi. 

«Ça veut dire ce que ça veut dire, mais je ne veux pas trop m'attarder aux pensées négatives, a-t-il indiqué. Je veux continuer de faire les choses qui, je pense, me donneront du succès, sans trop m'inquiéter, ou me concentrer sur les résultats.»

Voyez son point de presse dans la vidéo ci-dessus. 

Mais en fait, le manque de résultats mine visiblement son moral. L’ancien récipiendaire du trophée Vézina a aussi insisté, à quelques reprises, sur l’importance de se «concentrer sur le processus» pour retrouver le chemin de la victoire. 

«Je pense qu'on a joué de l'assez bon hockey mais on n'obtient pas les résultats», a-t-il notamment déploré. 

Questionné à savoir si ces séquences de défaites pouvaient affecter la confiance de ses plus jeunes coéquipiers, Price n’a pas semblé inquiété. 

«Ils vont être corrects, une journée dans la LNH est une bonne journée, a-t-il rappelé. Ils s'amusent, ils savent ce que c'est, ils prennent de l'expérience et tentent de s'améliorer.» 

Sans être particulièrement convaincant, il est aussi revenu sur l’histoire des Blues de St. Louis, qui ont remporté la Coupe Stanley après s’être retrouvés au bas du classement, l’an dernier. Selon lui, il est toujours possible pour le CH de se relever. 

«Ça a été fait dans le passé, aussi récemment que l'an dernier, alors je pense que tout le monde peut prendre exemple de ça», a-t-il laissé tomber. Il a conclu son point de presse en déplorant, mi-sérieux mi-blagueur, avoir régulièrement à répondre aux mêmes questions.