Photo : Steven Dubois Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Patinage

Le successeur de Charles Hamelin?

Agence QMI / Benoît Rioux

Publié | Mis à jour

Après la surprenante retraite de Samuel Girard de l’équipe canadienne masculine de patinage de vitesse courte piste en 2019, Charles Hamelin devait bien se trouver un nouveau successeur. Steven Dubois pourrait être l’homme de la situation, mais il doit poursuivre sa progression.

«Steven est un patineur qui a un potentiel gros comme le monde, a indiqué Hamelin, rencontré plus tôt cette semaine à l’aube du Championnat des quatre continents de l’ISU prévu à Montréal. Il est encore super jeune et il a encore beaucoup de choses à apprendre. Je pense qu’une compétition comme celle de ce week-end peut justement lui apporter la confiance qui lui manque parfois dans les courses en Coupe du monde.»

Dubois a minimalement un atout de taille le distinguant de Hamelin : une spectaculaire moustache. Il ne semble pas avoir reçu le mémo à l’effet que le mois de novembre est terminé depuis longtemps. Remarquez que le jeune homme de 22 ans n’est aucunement ralenti par son exubérante pilosité. Il s’en sert par ailleurs, bien malgré lui, pour être identifié plus facilement par ses nouveaux partisans sur la patinoire.

Le moustachu avait justement soulevé la foule de l’aréna Maurice-Richard, en novembre dernier, en remportant une médaille d’argent à l’épreuve du 1000 mètres lors de la Coupe du monde de patinage de vitesse courte piste disputée à Montréal.

Parfaire ses stratégies

Cette fois, au nouveau Championnat des quatre continents de l’ISU, Dubois se servira davantage de la compétition, samedi et dimanche, pour travailler sur certains aspects de sa stratégie de course.

«Il faut juste bien réussir à lire les courses, Steven doit aussi faire sa stratégie et non essayer sans cesse de contrer les stratégies des autres, a analysé Hamelin. C’est peut-être le seul élément qui lui manque. Sinon, tout est là. Physiquement, techniquement, il est là. Il manque juste cette petite étincelle sur le plan tactique.»

Selon Hamelin, Dubois doit prendre un peu d’expérience afin de mieux identifier quand et comment effectuer certains dépassements. L’objectif : se retrouver plus souvent qu’autrement bien placé à l’intérieur d’une course. Or, Dubois tend parfois à dépenser trop d’énergie pour revenir dans certaines épreuves où il se retrouve en mauvaise posture.

Des courses relevées

D’un point de vue personnel, Hamelin tentera de profiter de ce Championnat des quatre continents pour retrouver la forme, lui qui avait fait l’impasse sur les deux plus récentes Coupes du monde en Asie.

En raison de l’absence des patineurs de l’Europe, en pleine préparation pour les Championnats européens, Hamelin et ses coéquipiers devront par ailleurs performer dès le départ ce week-end. Aucune qualification n’est prévue au programme.

«Avoir une compétition internationale avec aussi peu de patineurs, c’est quand même un peu spécial, a estimé Hamelin. Ça risque de mettre les courses plus intéressantes, car les vagues seront très relevées dès le départ. Toutes les courses vont avoir au moins trois ou quatre patineurs ayant un potentiel d’aller en finale.»

Hamelin et Dubois font certainement partie du lot. Ils devront toutefois se méfier des Sud-Coréens, des Chinois et des Japonais.