Impact de Montréal

Recrutement : l’Impact est «proche de plusieurs joueurs»

Publié | Mis à jour

Le camp d’entraînement de l’Impact commence mardi prochain et pour le moment, l’équipe n’a que 20 joueurs sous contrat sur une possibilité de 30.

En marge des deux premières rondes du repêchage de la MLS tenues jeudi, le directeur sportif Olivier Renard a fait le point et il n’a pas ouvert son jeu.

• À lire aussi: SuperDraft : double volte-face de l'Impact  

«Je ne pense pas maintenant au premier match, a-t-il insisté. On fait d’abord le meilleur noyau possible pour satisfaire le staff. Après, ça sera à lui à faire la meilleure équipe sur le terrain.»

N’empêche que c’est la même situation qui se répète d’année en année. Le camp commence et il reste des trous à combler, et finalement, on se retrouve avec plus ou moins la même équipe que l’année précédente. Celle qui a raté les séries éliminatoires pour la troisième année d’affilée.

«Ce qui s’est passé les autres années, ce n’est pas mon problème, entre guillemets. On va essayer de faire les bons choix au bon moment», a laissé tomber le directeur sportif.

Serré

Renard a reconnu qu’il y a plusieurs dossiers actifs, mais que ceux-ci n’aboutiront sans doute pas tous.

«On est proches de plusieurs joueurs, que ce soit entre un et six joueurs, et ça peut même se faire rapidement. Des détails font la différence, parfois un agent peut inventer quelque chose qui n’était pas prévu.»

Cela dit, il a indiqué que l’équipe est un peu coincée par le plafond salarial et que l’ajout d’un troisième joueur désigné n’est pas complètement exclu.

«Les six ou sept joueurs ayant les plus gros salaires sont sous contrat, l’espace qui reste en dessous n’est pas forcément énorme.»

Solutions internes

Comme l’argent est un facteur important, les solutions risquent fort de venir de l’intérieur du club.

«Je crois qu’il y a des joueurs l’année dernière qui ont joué en dessous de leur niveau. Certains joueurs, on est persuadés de les remettre dans le droit chemin pour qu’ils nous apportent beaucoup plus de choses qu’ils l’ont fait l’an passé», a précisé Renard.

Celui-ci estime par ailleurs que le problème sur le flanc droit de la défense peut se régler de lui-même. On se souvient que Bacary Sagna a quitté puisque l’équipe voulait se rajeunir et couper dans un gros salaire. Son prêt étant échu, Zachary Brault-Guillard n’est pas sûr de revenir. Il n’y a donc personne pour jouer à droite en ce moment. Mais Renard n’est pas de cet avis.

«Zachary et Ballou [Tabla, dont le prêt est aussi échu, NDLR] ont le même style de trajectoires. Nous sommes en négociations. Ce sont des joueurs qui se sont plu ici et qui peuvent encore faire des choses bien pour l’équipe, mais on n’a pas encore d’accord avec leur club.

On a aussi des joueurs chez nous comme Clément Bayiha. On compte sur lui [au poste d’arrière droit] et son développement et on est confiants. On le voit jouer ce rôle, et lui aussi.»

Discussion avec Piatti

Olivier Renard n’a par ailleurs pas eu de discussion avec Ignacio Piatti, mais il entend le rencontrer dans les prochains jours.

«Il revient samedi comme tous les autres joueurs. C’est une personne importante pour le club et je vais l’accueillir à bras ouverts. On va avoir une bonne conversation d’homme à homme.»

Il doit aussi régler le cas d’Orji Okwonkwo. En prêt de Bologne l’an passé, le Nigérian de 21 ans a inscrit huit buts et deux passes et il a été nommé joueur par excellence de l’équipe en 2019.

«Orji appartient à Bologne, on a de très bons contacts avec eux. Il y a toute une série de points à éclaircir, mais je suis confiant de le voir revenir rapidement.»

Confusion

L’Impact n’avait qu’un seul choix au cours des deux premières rondes présentées jeudi et celui-ci a été entouré d’une certaine confusion.

Le Bleu-blanc-noir parlait au 9e rang et a commencé par prendre un temps d’arrêt pour discuter avec le Minnesota. On a alors annoncé que cette 9e sélection avait été échangée au Minnesota et que des détails seraient transmis plus tard.

Puis, la transaction a été annulée et l’Impact a finalement utilisé son choix pour sélectionner l’arrière droit Jeremy Kelly, de l’Université de la Caroline du Nord.

Et une quinzaine de minutes plus tard, on apprenait que Kelly était échangé au Colorado en retour d’une somme de 75 000 $ en allocation générale.

«On avait identifié six ou sept joueurs qu’on aurait gardés volontiers, ils sont tombés avant notre tour. On est entrés en contact avec d’autres clubs pour trouver d’autres solutions», a expliqué Renard.

«On était au courant que ce joueur intéressait d’autres équipes, alors on a misé sur un joueur qui avait une valeur. On a préféré faire ce deal parce qu’on a d’autres idées en tête.»

Lundi, le Bleu-blanc-noir disposera de trois choix lors de la troisième ronde et ne parlera pas au quatrième et dernier tour.