Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

LNH

Passage obligé pour un espoir des Sénateurs

Publié | Mis à jour

À son deuxième séjour dans la Ligue nationale de hockey (LNH) avec les Sénateurs d’Ottawa cette saison, l’espoir Erik Brannstrom a impressionné les dirigeants de la formation ottavienne, mais il doit encore apporter quelques changements à son jeu.

Même s’il tire de la gauche, le Suédois préfère jouer du côté droit. «Je ne pensais pas que ce serait si différent, mais j’ai joué du côté droit toute la saison dernière à Chicago [avec les Wolves dans la Ligue américaine de hockey (AHL)] et avec Vegas [Golden Knights] durant le camp d’entraînement. J’aime mieux ça», a expliqué le défenseur lors d’une entrevue le 19 décembre dernier, alors que les Predators de Nashville étaient de passage à Ottawa.

Les membres de l’organisation des «Sens» ont toutefois un avis différent au sujet de leur espoir. «Nous avons eu des discussions à l’interne à savoir s’il est meilleur du côté gauche ou du côté droit, a mentionné le directeur général Pierre Dorion, dont les propos ont été rapportés par le réseau Sportsnet. Les deux personnes qui sont les plus concernés, l’instructeur et le directeur général, pensent qu’il est meilleur du côté gauche.

«Nous pensons que de jouer à gauche sera plus bénéfique pour son développement, afin d’atteindre son plein potentiel dans la LNH. Une fois que tu t’es établi comme un joueur dominant, tu peux jouer de ton côté non naturel», a ajouté Dorion.

Après avoir commencé l’année à Ottawa, Brannstrom avait été cédé au club-école des Sénateurs, à Belleville, au début du mois de décembre. Il avait été rappelé moins de deux semaines plus tard, en raison des blessures aux défenseurs Nikita Zaitsev et Dylan DeMelo.

En 31 matchs dans la LNH cette année, le défenseur gaucher a récolté quatre points. Dans la AHL, Brannstrom a amassé neuf points en huit rencontres. Les Sénateurs l’ont à nouveau renvoyé à Belleville, vendredi.

«Quand Erik est revenu [le 16 décembre], il a mieux joué, mais pour son développement nous le voulions à Belleville, a expliqué l’entraîneur-chef D.J. Smith au moment du renvoi du défenseur. La meilleure chose pour lui, c’est d’aller là-bas, jouer sur l’avantage numérique, jouer plusieurs minutes, d’avoir du succès et de gagner en confiance.»