Houston Texans v�Kansas City Chiefs

Crédit : AFP

NFL

NFL : 10 histoires à surveiller en deuxième ronde des séries

Publié | Mis à jour

Il y a encore quatre matchs à se mettre sous la dent samedi et dimanche. C’est l’entrée en scène des quatre plus gros canons du circuit après la semaine de congé qu’ils ont méritée, au terme de leur brillante saison. Il y a les survivants intrigants du premier tour qui ont causé des surprises de taille et qui tenteront encore de jouer les trouble-fêtes.

Bref, que demander de plus pour cette deuxième ronde des séries de la NFL qui est à nos portes ? Les duels à venir s’annoncent riches en rebondissements dans ce qui est souvent le meilleur week-end de football de l’année. Question de se mettre en appétit, voici 10 histoires à surveiller.

De vielles retrouvailles

Les quatre duels du week-end opposent des équipes qui ont été plusieurs années sans s’affronter dans un contexte éliminatoire. Les Vikings et les 49ers en seront à un sixième affrontement en séries, mais un premier depuis 1997. Les Niners détiennent une fiche de 4-1 contre les Mauves, qui n’ont gagné que le duel de 1987. Les Titans et les Ravens, eux, ont eu à en découdre trois fois, mais ne se sont pas croisés en séries depuis 2008. Les Ravens ont remporté deux des trois matchs éliminatoires. Les Packers ont aussi eu le dessus deux fois contre une face aux Seahawks, qu’ils n’ont pas vus en janvier depuis la finale de conférence de la saison 2014. Enfin, les Texans et les Chiefs en sont venus aux prises une seule fois, au terme de la campagne 2015, et les Chiefs avaient eu le dessus.

Toujours du suspense

Il fut un temps où les matchs de séries n’étaient pas forcément les plus enlevants. Depuis le Super Bowl 51 entre les Falcons et les Patriots il y a trois ans, les 27 derniers duels en séries ont été soldés par un écart moyen de seulement 8,1 points. En remontant aux deux finales de conférence de l’an dernier, pas moins de quatre des sept derniers matchs éliminatoires ont même nécessité la prolongation, dont deux le week-end dernier. Suspense, quand tu nous tiens !

De nouveaux visages

Il ne reste plus que huit équipes en vie pour l’obtention du trophée Vince-Lombardi et le moins que l’on puisse dire, c’est que les amateurs auront vécu tout un changement de portrait par rapport à l’année dernière. En effet, des huit survivants d’il y a un an, seuls les Chiefs sont de retour. L’an dernier, les Colts, Chargers, Patriots, Cowboys, Rams, Saints et Eagles passaient au deuxième tour. Voilà qui rappelle que chaque saison amène de nouveaux espoirs pour les clubs laissés pour compte. Pour les Ravens, c’est une première présence au deuxième tour depuis la saison 2014. Pour les Packers, il faut remonter à 2015 et pour les 49ers, à 2013.

Le jeu au sol en vedette

Depuis des années, on nous répète que le jeu aérien règne. Si l’importance d’un bon quart-arrière est indéniable, c’est toutefois le jeu au sol qui caractérise plusieurs équipes toujours en vie. Pas moins de six des huit équipes en action ont figuré cette saison dans le top 10 de la ligue pour les gains par la course. Les Ravens, 49ers et Titans occupent les trois premières marches du podium avec des moyennes de 206, 144,1 et 138,9 verges par match, respectivement. Les Seahawks (137,5) et Vikings (133,3) suivent au quatrième et au sixième échelon. Les Texans occupent quant à eux la neuvième place avec une moyenne de 125,6 verges par partie. Selon Elias Sports, c’est la première fois depuis 1992 que les quatre meilleures équipes au sol se retrouvent en deuxième ronde.

La domination des Ravens

Est-ce que les Ravens sauront maintenir leur aura d’invincibilité, eux qui ont survolé la saison en encaissant seulement deux revers ? À huit reprises, ils ont marqué plus de 30 points. D’ailleurs, seulement cinq équipes dans l’histoire ont fait mieux que le différentiel de +249 points des Ravens, soit les Patriots de 2007, les Rams de 1999, les Vikings de 1998, les Redskins de 1991 et les Bears de 1985. Toutes ces équipes, à l’exception des Vikings de 1998, ont par la suite atteint le Super Bowl. Les Patriots s’étaient fait surprendre par les Giants au match ultime, mais les trois autres équipes avaient tout raflé.

Une autre chance pour LDT

L’entrée en scène des Chiefs permettra au garde québécois Laurent Duvernay-Tardif de renouer avec les séries. L’an dernier, les Chiefs avaient atteint la finale de la conférence américaine, mais l’ancien de McGill se remettait d’une blessure et n’avait pu enfiler l’uniforme. Lors des deux années précédentes, Duvernay-Tardif a vécu l’agonie de la défaite dans des duels corsés face aux Titans (22 à 21) et aux Steelers (18 à 16). À sa première présence en séries, au terme de la saison 2015, il avait subi une commotion cérébrale dans une victoire face aux Texans et avait raté le match suivant. Plusieurs partisans au Québec se rangeront derrière le Docteur.

Place au «Trubisky Bowl»

Mais qu’est-ce que Mitchell Trubisky vient faire dans la discussion ? Les Bears n’ont pas obtenu leur billet pour les séries avec le quart-arrière qu’ils ont sélectionné au deuxième rang du repêchage de 2017. Or, il revient dans l’actualité puisque dans le match entre Texans et Chiefs, Deshaun Watson et Patrick Mahomes seront en action. Dans la même cuvée de 2017, les Chiefs avaient sélectionné Mahomes au 10e rang, tandis que deux sélections plus tard, les Texans optaient pour Watson. Depuis, les deux quarts connaissent énormément de succès, tandis que la carrière de Trubisky tarde à décoller. Voilà un match que les partisans des Bears auront de travers dans la gorge.

Le ballon bien protégé

Il est presque devenu cliché de dire, sans nécessairement amener des chiffres à l’appui, que les équipes qui gagnent la bataille des revirements sont celles qui vont le plus loin. Après vérification, cette croyance s’applique cette année. Sept des huit équipes qui sont toujours en compétition ont figuré parmi les 10 meilleures en ce qui concerne le ratio de revirements. Les Packers et Seahawks, qui s’affrontent, présentent le meilleur différentiel (+12) parmi les huit équipes en vie, ce qui leur a valu le troisième rang dans la ligue. Les Vikings (+11) suivent au cinquième rang, tandis que les Ravens (+10) sont un rang derrière. Les Chiefs (+8), Titans (+6) et 49ers (+4) sont aussi du top 10.

Le premiers seront... les premiers

Tandis que les Ravens et les Chiefs occupent les deux premiers rangs de la conférence américaine, les 49ers et Packers font de même dans la conférence nationale. Lors de sept des 11 dernières années dans la conférence américaine, l’équipe numéro un est passée en finale. Dans la nationale, c’est arrivé à six occasions. Lors des six dernières éditions du Super Bowl, les équipes semées numéro un ou deux ont été impliquées dans chaque conférence. Il est facile d’être séduit par des équipes qui ont impressionné au premier tour, mais celles-ci frappent souvent un mur par la suite. Les Packers de 2010 sont la dernière équipe semée numéro six à avoir remporté le Super Bowl.

Suggs à la chasse aux records

Les records ne sont pas que l’apanage des vedettes offensives. Si les Chiefs parviennent à faire un bout de chemin, une marque défensive importante pourrait être à la portée du vétéran Terrell Suggs. L’ancien des Ravens, qui a débuté la saison avec les Cardinals avant d’être libéré puis embauché par les Chiefs il y a trois semaines, a enregistré 12,5 sacs du quart en 18 matchs de séries en carrière. S’il réalise quatre autres sacs, il devancera l’ancien Patriot Willie McGinest, détenteur du record avec 16 en 18 matchs. Bruce Smith, qui a réussi 14,5 sacs en 20 matchs de séries avec les Bills, est deuxième. Il importe de préciser que les sacs sont comptabilisés officiellement depuis 1982 seulement.