SPO-ARTUR BETERBIEV REMET LES PENDULES À L'HEURE

Crédit : Sébastien St-Jean / Agence QMI

Boxe

Beterbiev-Meng: coup de théâtre

Mathieu Boulay

Publié | Mis à jour

Les appels d’offres donnent parfois droit à des revirements de situation. Celle du combat entre le champion unifié Artur Beterbiev et son aspirant obligatoire à l’International Boxing Federation (IBF), le Chinois Fanlong Meng, fait maintenant partie de cette catégorie.

Le Groupe Rejoy, représenté par Roc Nation, avait remporté l’appel d’offres du 30 décembre en mettant 1,9 million $ dans son enveloppe. Toutefois, les hommes d’affaires n’ont pas été en mesure de respecter leurs obligations envers l’IBF, eux qui devaient remettre 20 % (380 000 $) dans les coffres de l’organisme de sanction en date du 8 janvier.

Dans ce type de situation, l’appel d’offres est alors remporté par le deuxième soumissionnaire. C’est Top Rank qui a déposé la seule autre offre avec une proposition de 1,6 million $. Aussi, 65 % de cette somme est remis au champion.

Avec cette nouvelle, Beterbiev retombe dans le siège du conducteur.

Lors du premier scénario, le protégé de Marc Ramsay ne voulait pas se rendre en Chine pour défendre sa couronne IBF des mi-lourds pour des raisons politiques et religieuses. Par le fait même, ça voulait presque dire qu’il aurait dû abandonner son titre.

Maintenant, les plans originaux reviennent d’actualité. La date du 28 mars est maintenant une forte possibilité pour le choc Beterbiev-Meng.

Le Québec dans la course

Il y aurait deux endroits possibles pour cet affrontement : Québec ou Moscou. Des négociations avaient eu lieu après la dernière victoire de Beterbiev entre Top Rank et le Groupe Yvon Michel (GYM) pour tenir ce duel au Centre Vidéotron à Québec.

Yvon Michel a annoncé en début de soirée jeudi que GYM a réservé le Centre Vidéotron le 28 mars pour y organiser la défense du titre de Beterbiev. Une entente est, selon lui, sur le point d'être finalisée avec Top Rank.


Cependant, le premier résultat de l’appel d’offres a retardé les plans des hommes d’affaires québécois et américains. Lors de leur dernière présence à Québec, les dirigeants de Top Rank avaient démontré leur intérêt pour présenter un gala sur les ondes du réseau ESPN au domicile des Remparts de Québec.

En raison de la situation d’Yvon Michel qui pourrait perdre son permis de promoteur dans les prochaines semaines, Top Rank pourrait-il tout de même faire la promotion d’un combat Beterbiev-Meng au Québec ? La réponse est oui.

La compagnie américaine ou le groupe Gestev pourrait obtenir le permis nécessaire en faisant une demande en bonne et due forme à la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec. L’un ou l’autre groupe n’aurait pas besoin de GYM pour organiser cette soirée de boxe.