Crédit : Mike DiNovo-USA TODAY Sports

MLS

Un exercice pertinent malgré tout

Publié | Mis à jour

Le repêchage de la Major League Soccer est une véritable boîte à surprises. Pour chaque Julian Gressel ou Darlington Nagbe qui en émerge, il y a une foule de joueurs anonymes qui ne feront que passer ou qui n’y joueront tout simplement pas.

À cet égard, la MLS est une anomalie dans le monde du sport professionnel nord-américain puisque dans la LNH, dans la NFL, dans la NBA et dans le baseball majeur, le renouvellement de l’effectif passe obligatoirement par le repêchage.

De par sa nature mondiale, le soccer est une bête bien différente puisque le bassin de talent est pratiquement infini.

Certes, les autres circuits repêchent des joueurs provenant de partout dans le monde, mais dans le cas précis de la MLS, le repêchage ne vise que les joueurs évoluant dans les rangs universitaires américains.

C’est donc, d’abord et avant tout, une façon de recruter des joueurs locaux pour combler de la profondeur au sein de l’effectif.

Perles

Pourtant, il y a un lot de perles qui ont été dénichées lors de cette séance de sélection annuelle qui ne fait pas l’unanimité.

On n’a qu’à penser à des attaquants comme Chris Wondolowski ou encore Jozy Altidore. Ce sont loin d’être de mauvais choix. Le premier a déjà été détenteur du record du plus fort total de buts marqués dans une saison et il en totalise 159 en 15 saisons dans le circuit Garber.

Quant à Altidore, les partisans montréalais connaissent sa valeur même s’ils ne sont pas en amour avec lui.

L’attaquant gros format a inscrit 15 buts en 3 saisons avec les Red Bulls de New York de 2006 à 2008. Il a ensuite passé sept saisons en Europe, jouant en Espagne, aux Pays-Bas, en Turquie et en Angleterre avant de se joindre au Toronto FC, avec lequel il a inscrit 56 buts en cinq saisons, ajoutant 19 passes.

Plus récemment, le jeune Jack Harrison a été sélectionné au premier rang par le Fire de Chicago, en 2016, puis tout de suite échangé au New York City FC, où il a passé deux saisons avant d’être transféré à Manchester City. Aujourd’hui âgé de seulement 23 ans, il évolue actuellement avec Leeds United, en seconde division anglaise.

Bons gardiens

Il n’y a pas qu’en attaque que de belles découvertes peuvent être faites. C’est aussi le cas chez les gardiens. On n’a qu’à penser au légendaire Nick Rimando, qui vient de tirer sa révérence à Salt Lake City.

Vainqueur de deux coupes MLS, Stefan Frei, des Sounders de Seattle, est un choix de première ronde (13e au total) du Toronto FC en 2009.

On pourra certes argumenter que ça fait quelques années, mais on n’a pas à regarder bien loin pour dénicher un gardien de qualité issu du repêchage.

En 2014, l’Union de Philadelphie a visé dans le mille en sélectionnant le Jamaïcain Andre Blake au tout premier rang.

Depuis quatre ans, Blake est le titulaire de l’Union et figure parmi les meilleurs gardiens du circuit.

On pourrait reproduire l’exercice pour les défenseurs et les milieux de terrain et on trouverait beaucoup de noms intéressants.

Courte liste 

Le fait est qu’il y a une part de chance et une large part de recrutement de qualité.

Certaines équipes misent sur le repêchage pour établir leur profondeur alors que d’autres, comme l’Impact, voient les joueurs issus du repêchage comme un petit extra.

Le Bleu-blanc-noir ne compte que deux joueurs qu’il a repêchés dans sa formation, Shamit Shome et Amar Sejdic, contre cinq joueurs formés aux clubs.

Il faut dire que certaines formations ont l’avantage d’avoir des équipes universitaires évoluant dans une bonne conférence dans leur cour arrière alors que d’autres, encore une fois comme l’Impact, se trouvent plus loin et doivent faire beaucoup de repérage vidéo en plus de se fier au camp d’évaluation qui précède le repêchage.

En fin de compte, la perception selon laquelle le repêchage est un exercice inutile a la vie dure, mais elle n’est pas forcément juste. On devrait plutôt dire que c’est une science drôlement plus inexacte dans la MLS que dans les quatre autres ligues professionnelles nord-américaines.